Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Des manifestants avec des slogans anti-gouvernement et pro-choix sont vus à Gdansk, Pologne, le 24 octobre 2020 // Credit : MICHAL FLUDRA / NURPHOTO

Des manifestants avec des slogans anti-gouvernement et pro-choix sont vus à Gdansk, Pologne, le 24 octobre 2020 // Credit : MICHAL FLUDRA / NURPHOTO

Des manifestants avec des slogans anti-gouvernement et pro-choix sont vus à Gdansk, Pologne, le 24 octobre 2020 // Credit : MICHAL FLUDRA / NURPHOTO

Droits sexuels et reproductifs
Actualité

La Pologne s’attaque au droit à l’avortement

En ce qui concerne le droit à l’avortement, la Pologne a l’une des législations les plus restrictives en Europe. Aujourd’hui, elle va un cran plus loin en restreignant davantage ce droit.

Le 22 octobre 2020, un arrêt du Tribunal constitutionnel polonais a jugé l’avortement anticonstitutionnel en cas de « malformation grave et irréversible du fœtus ou de maladie incurable potentiellement mortelle pour le fœtus ». Cet arrêt est très dangereux pour la santé et la vie des femmes. Il représente un retour en arrière pour les droits des femmes à des soins de santé sexuelle et reproductive.

Contre les droits fondamentaux des femmes

Cet arrêt est le résultat d’une vague d’attaques systématiques et coordonnées menée par les législateurs polonais contre les droits fondamentaux des femmes. Il représente leur dernière tentative en date d’interdire l’avortement.

L’interdiction de l’avortement par la loi ne réduit pas le nombre d’avortements, elle ne fait que nuire à la santé des femmes en les obligeant à y recourir clandestinement ou à aller à l’étranger pour accéder aux soins d’interruption de grossesse. Cette décision cruelle affecte toutes les femmes, mais les femmes marginalisées qui n’ont pas les moyens financiers d’aller à l’étranger en pâtiront de façon disproportionnée.

Du droit à l’avortement en Pologne

La Pologne est l’un des deux seuls pays membres de l’Union européenne n’autorisant pas l’avortement à la demande d’une femme ou pour des raisons socio-économiques au sens large. La législation polonaise prévoit que l’avortement n’est autorisé que pour protéger la vie ou la santé des femmes, ou quand la grossesse résulte d’un viol.

Jusqu’à l’arrêt de ce jour, il était également légal en cas de « malformation grave et irréversible du fœtus ou de maladie incurable potentiellement mortelle pour le fœtus ». Même dans les situations où l’avortement est légal, de multiples obstacles restreignent fortement l’accès à ces soins dans la pratique.

Le parti Droit et justice, au pouvoir, s’est de façon répétée orienté vers des restrictions toujours plus sévères des droits liés à la santé sexuelle et reproductive, y compris avec un projet de loi qui visait à interdire totalement l’avortement. Ces initiatives ont déclenché des mouvements massifs de protestation au sein de la population et ont été condamnées par des organes internationaux de défense des droits humains et des institutions européennes.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres