Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Les Unités de mobilisation populaire – composées de 40 à 50 milices différentes – ont été fondées à la mi-2014 pour contribuer à lutter contre l'EI. © AFP/Getty Images

Les Unités de mobilisation populaire – composées de 40 à 50 milices différentes – ont été fondées à la mi-2014 pour contribuer à lutter contre l'EI. © AFP/Getty Images

Les Unités de mobilisation populaire – composées de 40 à 50 milices différentes – ont été fondées à la mi-2014 pour contribuer à lutter contre l'EI. © AFP/Getty Images

Contrôle des armes
enquête

L’Irak des milices

Pour lutter contre le groupe armé Etat Islamique, les milices alliées au gouvernement irakien ont accès aux armes de l’armée irakienne. Ces milices sont pourtant soupçonnées, elles aussi, de torture, de disparitions forcées ou de crimes de guerre.

Les milices paramilitaires qui opèrent en leur nom propre au sein des forces armées irakiennes pour combattre le groupe armé se désignant sous le nom d'État islamique (EI) utilisent des armes provenant de stocks militaires irakiens, fournis par les États-Unis, l'Europe, la Russie et l'Iran.

Des recherches menées sur le terrain depuis juin 2014 et des analyses d'experts de preuves photos et vidéos montrent que ces milices paramilitaires bénéficient de d'armes fabriquées dans au moins 16 pays – tanks et artillerie notamment - ainsi que tout un éventail d'armes légères.

Les Sunnites dans le viseur de ces milices majoritairement chiites

Les milices majoritairement chiites utilisent ces armes pour se livrer à des violations, comme la disparition forcée et l'enlèvement de milliers d'hommes et de garçons majoritairement sunnites, la torture et les exécutions extrajudiciaires, ainsi que la destruction injustifiée de biens.

Les Unités de mobilisation populaire – composées de 40 à 50 milices différentes – ont été fondées à la mi-2014 pour contribuer à lutter contre l'EI. Officiellement intégrées aux forces armées irakiennes en 2016, elles jouissent du soutien du gouvernement depuis bien plus longtemps.

Notre rapport porte surtout sur quatre milices principales qui, d'après les informations qu’elle a recueillies, ont commis de graves violations des droits humains : Munathamat Badr (Brigades Badr ou Organisation Badr), Asaib Ahl al Haq (La Ligue des vertueux), Kataeb Hezbollah (Brigades Hezbollah) et Saraya al Salam (Brigades de la paix).

Lire aussi : le terrible sort des Sunnites en Irak

Armées pour « lutter » contre l’EI

Milicien d'al-Shaabi, une des milices chiites en Irak  © 	AFP/Getty Images

Milicien d'al-Shaabi, une des milices chiites en Irak © AFP/Getty Images

Les milices des Unités de mobilisation populaire ont gagné en pouvoir et en influence depuis 2014. Elles reçoivent armes et salaires des autorités irakiennes et, de plus en plus, vont au combat ou tiennent des postes de contrôle aux côtés des troupes irakiennes.

Tous les miliciens qui se battent aux côtés de l'armée irakienne devraient faire l'objet de contrôles approfondis et rigoureux. Ceux qui sont soupçonnés d'avoir commis de graves violations doivent être exclus, dans l'attente d'enquêtes et de poursuites judiciaires. Les milices qui ne rendent pas compte de leurs actes et ne respectent aucune discipline doivent être incorporées au sein de l'armée et se plier à sa discipline, ou être désarmées et démobilisées.

Lire aussi : des armes dans la nature ?

Adhérer au traité sur le commerce des armes

L'EI, qui continue de se livrer à des atrocités dans les régions qu'il contrôle et de mener des attaques meurtrières contre les civils ailleurs en Irak, représente une très forte menace pour la sécurité dans le pays. Cependant, les mesures prises pour y faire face doivent respecter le droit international humanitaire et relatif aux droits humains.

Amnesty International exhorte l'Irak à adhérer sans délai au Traité sur le commerce des armes (TCA), qui édicte des règles strictes afin de stopper les transferts ou les détournements d'armes susceptibles de servir à commettre des atrocités.

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres