Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Plus que jamais, nous avons besoin de vous

Amnesty International est l’une des rares associations à être financée quasi exclusivement par la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Des migrants sont sauvés par l'Aquarius lors d'une opération de sauvetage dans la mer Méditerranée © REUTERS/Guglielmo Mangiapane

Des migrants sont sauvés par l'Aquarius lors d'une opération de sauvetage dans la mer Méditerranée © REUTERS/Guglielmo Mangiapane

Des migrants sont sauvés par l'Aquarius lors d'une opération de sauvetage dans la mer Méditerranée © REUTERS/Guglielmo Mangiapane

Réfugiés et migrants
Actualité

L’Aquarius accueilli par Malte

Le 10 août, l’Aquarius a secouru et recueilli 141 personnes en mer au large de la Libye. Or, l’Italie fuit de nouveau ses responsabilités en refusant d’ouvrir leurs ports au navire de sauvetage SOS Méditerranée.

Mise à jour du 14/08/2018 : Malte vient d'accepter d'accueillir l'Aquarius et les 141 personnes secourues en mer se trouvant à son bord.

Il est impensable de voir se reproduire le drame de juin dernier quand 629 réfugiés sont restés bloqués en mer plusieurs jours durant.

Le président Emmanuel Macron doit montrer l’exemple et ouvrir les ports français à l’Aquarius.

La France et les autres pays européens ne peuvent fermer les yeux et laisser à la dérive en Méditerranée des personnes vulnérables qui souhaitent demander l’asile.

Lire aussi : Politiques européennes meurtrières en Méditerranée

Une responsabilité partagée

Les organisations non gouvernementales (ONG) doivent pouvoir mener à bien leur mission humanitaire, secourir les personnes en mer et sauver les vies menacées.

Il est de la responsabilité des États européens de les accompagner dans cette mission de recherche et de sauvetage, d’y contribuer eux-mêmes et non de dissuader les ONG en compromettant leur travail indispensable.

En outre, les pays européens et l’Union européenne ont la responsabilité de mettre en place un véritable partage en matière d’accueil des réfugiés et des demandeurs d’asile.

Agir

Rester informé

Recevez nos emails d'information et d'action sur les réfugiés et migrants

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres