Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Taha Bouhafs
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

France / Relaxe du journaliste Taha Bouhafs. La preuve par l’image

Près de deux ans après l’interpellation violente de Taha Bouhafs alors qu’il filmait une mobilisation de travailleurs sans-papiers à Alfortville (Val-de-Marne), Amnesty International France salue la relaxe prononcée aujourd’hui par le Tribunal de Créteil. Alors que le journaliste était poursuivi pour “outrage et rébellion” et bien que lui-même ait été victime de violences lui ayant valu 10 jours d’incapacité temporaire de travailler (ITT), sa défense a pu s'appuyer sur des vidéos tournées lors des faits.

« Cette affaire est emblématique des entraves auxquelles les journalistes et toutes celles et ceux qui documentent les actions de la police peuvent faire face : l’usage non-nécessaire ou excessif de la force à leur encontre ou encore de poursuites abusives sur la base de lois trop larges ou trop vagues », déclare Anne-Sophie Simpere, chargée de plaidoyer Libertés à Amnesty International France.

Ce cas illustre également à quel point le droit de filmer et de diffuser des images de l’action des forces de l’ordre est essentiel pour garantir la justice. Ces dernières années de nombreuses vidéos prises par des journalistes ou de simples citoyens ont permis de rendre publics des cas de violations des droits humains.

« Grâce aux images de son interpellation, il a pu être montré que si Taha Bouhafs proteste quand un homme en civil le bouscule, il n’y a pas d’insultes, et encore moins d’appel à la haine. Selon les exigences du droit international, seules les expressions d’appel à la haine constituant une incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence devraient relever du droit pénal. La vidéo montre également que l’homme qui le bouscule est habillé en civil, sans identification, alors que les forces de l’ordre ont l’obligation de porter un numéro d’identification (RIO) », détaille Anne-Sophie Simpere.  

L’IGPN, qui avait été saisie pour les violences subies par Taha Bouhafs et a pu visionner les vidéos dans ce cadre, a, elle-même, considéré que la procédure engagée contre le journaliste était incertaine, voire douteuse.

Note à l’attention des rédacteurs

Le 11 juin 2019, alors qu’il couvrait une mobilisation de travailleurs sans-papiers à Alfortville, le journaliste Taha Bouhafs a été violemment interpellé, placé en garde à vue et poursuivi pour outrage et rébellion.    

Avant la tenue de ce procès, Taha Bouhafs a dû engager des procédures afin de récupérer son téléphone, qui avait été placé sous scellés alors qu’'il contenait des vidéos essentielles pour la préparation de sa défense. Huit mois après les faits, le téléphone et les vidéos ont pu être récupérés.

Ce mardi 11 mai, le tribunal de Créteil a décidé que les accusations d’« outrage et rébellion » n’étaient pas avérées, ce qui a été démontré grâce aux images tournées au moment des faits.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

[DÉCLARATION PUBLIQUE] Projet de loi « RPSI » sur les drones : insécurité pour les droits humains

Publié le : 21.09.21

Position d’Amnesty International sur l’article 8 du projet de loi sur la responsabilité pénale et la sécurité intérieure.

[Alerte presse] Délibéré du procès en appel des « 7 de Briançon » : rendez-vous le 9 septembre à Grenoble

Publié le : 07.09.21

Ce jeudi 9 septembre 2021, à 14h, la cour d’appel de Grenoble rendra sa décision dans le cadre du procès des sept personnes solidaires, dites, les « 7 de Briançon ». Un rassemblement de soutien est prévu...

France / Affaire Tom Ciotkowski. La condamnation d’un policier qui avait agressé un bénévole à Calais est un message fort contre l'impunité

Publié le : 02.09.21

Après trois années de combat, Amnesty International France accueille avec satisfaction le jugement rendu ce matin au tribunal de Boulogne-sur-Mer qui reconnait le brigadier-chef coupable de tous les chefs...

Réaction d’Amnesty International France aux poursuites en diffamation engagées par le Royaume du Maroc dans le cadre du Projet Pegasus

Publié le : 24.07.21

"Nous consultons nos avocats et poursuivons notre travail de mise en lumière et de dénonciation des violations des droits humains liées à l’utilisation illégale et ciblée d’outils de surveillance numérique...

France / Contrôles au faciès. Le Conseil d’Etat saisi par 6 ONG

Publié le : 22.07.21

« La France n'a pas pris les mesures nécessaires pour empêcher et sanctionner les contrôles d’identité au faciès, une forme de discrimination systémique », ont déclaré aujourd'hui six organisations...

Blessé grave à Redon : Amnesty International France demande au ministre de l’Intérieur une enquête impartiale et indépendante

Publié le : 29.06.21

Amnesty International France demande qu’une enquête impartiale et indépendante soit réalisée sur le maintien de l’ordre mis en œuvre pour mettre fin à une « rave party » organisée à Redon, en Ile et Villaine,...