Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Cécile Coudriou la présidente d'Amnesty International France remet à l’Élysée une pétition demandant la protection du droit de manifester en France, le 7 décembre 2021 / © Amnesty International

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

120 000 voix pour la protection du droit de manifester en France

Mardi 7 décembre 2021

120 000 voix pour la protection du droit de manifester en France

Alors que le ministère de l’Intérieur a annoncé la publication prochaine du nouveau schéma national du maintien de l’ordre, Amnesty International adresse aujourd’hui au Gouvernement une pétition demandant une meilleure protection du droit de manifester en France.

Ce mardi 7 décembre, une délégation d’Amnesty International France, dont la présidente, Cécile Coudriou, se rendra à l’Elysée afin de remettre la pétition « Manifestants, pas criminels » ayant réuni 120 000 signatures pour demander au Président de la République, Emmanuel Macron, de protéger le droit de manifester en France et pour que cessent les arrestations de manifestants pacifiques.

Cette pétition a été lancée à l’occasion de la publication du rapport « Arrêtés pour avoir manifesté : la loi comme arme de répression des manifestants pacifiques en France » en septembre 2020. Elle demande aux autorités de changer les pratiques et les lois qui permettent d’interpeller, de placer en garde-à-vue et parfois de poursuivre des personnes n’ayant commis aucune violence.

« Personne ne devrait craindre d’être arrêté et placé en détention simplement pour être descendu dans la rue exprimer pacifiquement une revendication : cela relève de la protection de la liberté d’expression et du droit de manifester. En France, comme l’indiquent les nombreux témoignages que nous avons recueillis, des lois trop vagues ou trop larges, voire contraires au droit international, sont utilisées pour restreindre le droit de manifester et ont un effet dissuasif : nous demandons que ces lois soient modifiées ou abrogées », explique Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty International France.

Alors qu’en 2017, le candidat Emmanuel Macron s’était engagé auprès d’Amnesty International France à protéger le droit de manifester, son mandat aura été marqué par des entraves à ce droit fondamental.  Des rapporteurs spéciaux des Nations unies, la Haute Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme et la Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe ont lancé des alertes sur un usage disproportionné de la force, le recours à des armes susceptibles de mutiler ou des arrestations de personnes souhaitant simplement se rendre à une manifestation.

Malgré ces interpellations émanant de plusieurs instances internationales, les stratégies françaises de maintien de l’ordre n’ont pas été revues en profondeur. En septembre 2020, un nouveau schéma national du maintien de l’ordre (SNMO) a confirmé le rôle central de l’usage de la force, et notamment l’usage des LBD et des grenades de désencerclement, ainsi que l’utilisation, contre les manifestants pacifiques, de législations qui ne sont pas conformes au droit international.

« Nous nous réjouissons de l’annonce faite par le ministère de l'intérieur, le 6 décembre, qu’une partie du nouveau SNMO sera mise en conformité avec la décision du Conseil d'Etat afin de protéger le travail des journalistes pendant les manifestations. Mais nous restons vigilants car la logique générale actuelle du SNMO est en effet préoccupante. Centré sur l'usage de la force et la répression, plutôt que sur la recherche de dialogue et de désescalade, il ne remet pas en cause l'utilisation d'armes susceptibles de mutiler. Il valide des stratégies de judiciarisation abusive sur la base de lois trop larges et trop vagues, qui conduisent à l'arrestation de manifestants pacifiques, comme nous l'avons documenté dans nos recherches. Alors que la stratégie française de maintien de l'ordre a fait l'objet d'alertes de la part d'organisations comme la nôtre, mais aussi des Nations unies ou du Conseil de l'Europe, il est urgent d'engager des réformes structurelles », rappelle Cécile Coudriou.

Amnesty international France avait sollicité un rendez-vous avec le président de la République afin de lui remettre cette pétition et d’échanger sur ces recommandations cruciales pour le respect des engagements de la France en matière de droit international relatif aux droits humains. Cet entretien n’ayant pu lui être accordé, elle viendra, à travers une délégation, remettre les 120 000 signatures à l’Elysée. A l’approche des élections présidentielles, nous allons poursuivre avec la même détermination ce travail de mobilisation engagé depuis des mois auprès des autorités et des parlementaires pour faire entendre ces voix et demander que la protection de ce droit fondamental soit une priorité pour celle ou celui qui assumera la présidence de la France lors du prochain quinquennat.

NOTES AUX RÉDACTEURS 

18.10.2021 Avec vous, un an de combat pour le droit de manifester en France

https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/france-un-an-de-combat-pour-le-droit-de-manifester-mobilisation

21.09.2021 Position d’Amnesty International sur l’article 8 du projet de loi sur la responsabilité pénale et la sécurité intérieure https://www.amnesty.fr/presse/projet-de-loi-rpsi-drones-inseurite-pour-les-droits-humains-declaration-publique

23.09.2021 Sortie du documentaire « Présumé coupable », quand manifester pacifiquement conduit devant la justice https://www.amnesty.fr/presse/sortie-du-documentaire-presume-coupable-quand

08.02.2021 France / Comment les autorités ont procédé à des détentions arbitraires lors d'une marche des Libertés : https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/actualites/enquete-arrestations-arbitraires-manifestants-12-decembre-paris

29.09.20 France / Comment des milliers de manifestants pacifiques ont été arbitrairement arrêtés et poursuivis : https://www.amnesty.fr/actualites/france-milliers-de-manifestants-pacifiques-arbitrairement-arretes-et-poursuivis

Pétition « Manifestants, pas criminels ! » https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/petitions/manifestants-pas-criminels

AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE – service Presse – 01 53 38 66 00 / 06 76 94 37 05 – spresse@amnesty.fr

Créée en 1961, Amnesty International est un mouvement mondial et indépendant de plus de 10 millions de membres et sympathisants qui œuvrent pour le respect, la défense et la promotion de tous les droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Amnesty International a reçu le prix Nobel de la paix en 1977. La section française (AIF) a été créée en 1971. Son financement repose sur la générosité du public (200 000 donateurs), sur les ventes de produits de soutien et les cotisations de près de 120 000 membres. AIF est agréée par le Comité de la charte du don en confiance. www.amnesty.fr - @amnestypresse - Agir - Faire un don

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Compétence universelle : la France ne doit pas exporter son modèle d’impunité

Publié le : 22.07.22

Amnesty International France est vivement préoccupée par la position de la France dans le contexte des négociations du projet de traité multilatéral d’entraide judiciaire en matière de crimes de guerre,...

Face à la menace sans précédent qui pèse sur le droit de manifester, Amnesty International lance une campagne mondiale

Publié le : 19.07.22

Beaucoup de victoires se sont remportées dans la rue. Le droit de manifester doit être protégé pour que nos droits soient défendus. Préoccupée par la régression de ce droit partout dans le monde, Amnesty...

Amnesty International partenaire du Festival d’Avignon

Publié le : 11.07.22

Pour la 8e année, Amnesty International France est fière de s’associer et de tisser avec le Festival d’Avignon des liens étroits autour des enjeux de droits humains. Du 16 au 18 juillet 2022, dans le cadre...

Le rapatriement de 35 enfants français de Syrie ne doit être qu’une étape dans le retour rapide de tous les enfants et mères détenus dans le pays

Publié le : 05.07.22

Le rapatriement de 35 enfants français de Syrie ne doit être qu’une étape dans le retour rapide de tous les enfants et mères détenus dans le paysEn réaction à l’annonce, ce mardi 5 juillet 2022, du...

 [DÉCLARATION PUBLIQUE] France. La décision du Conseil d’État entérine la discrimination à l’encontre des femmes musulmanes à Grenoble

Publié le : 22.06.22

« Les interdictions restreignant ce que les femmes ont le droit de porter sont punitives, favorisent les préjugés et confortent la discrimination raciste et sexiste intersectionnelle contre les femmes...

Pas de répit en France pour les étranger.es d’Ukraine

Publié le : 09.06.22

Près de 5 millions de personnes ont fui l’Ukraine pour l’Europe en trois mois, dont une centaine de milliers sont arrivées en France, suscitant un mouvement de solidarité exceptionnel et une mobilisation...

120 000 voix pour la protection du droit de manifester en France - Amnesty International France