Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
Un policier armé devant la mosquée Kocatepe à Ankara le 17 juillet. ©AFP/Getty Images

Un policier armé devant la mosquée Kocatepe à Ankara le 17 juillet. ©AFP/Getty Images

Pétition

Turquie : les droits durement acquis ne peuvent pas être supprimés

Jusqu'au 31.08.2016
Recep Tayyip Erdoga, président de la Turquie :
Je refuse la suppression des droits fondamentaux en Turquie, même sous l'état d'urgence

Dans le contexte actuel de peur et d’incertitude, le gouvernement ne doit pas, dans sa quête de justice, bafouer les droits de la population. Les violences qui ont eu lieu pendant la tentative de coup d’État doivent faire l’objet d’une enquête et les responsables présumés doivent être déférés à la justice, mais les droits humains doivent être respectés, et non pas ignorés pendant ces procédures.

L’état d’urgence n’annule pas les obligations auxquelles est tenue la Turquie au titre du droit international et il ne doit pas permettre d’abandonner les libertés et les garanties chèrement acquises. Personne ne peut se sentir en sécurité lorsque les droits humains ne sont pas respectés.

Afficher la lettre de pétition
Agir
Signer la pétition
Turquie : les droits durement acquis ne peuvent pas être supprimés

Signer la pétition

Recep Tayyip Erdoga, président de la Turquie :
Je refuse la suppression des droits fondamentaux en Turquie, même sous l'état d'urgence

Cette pétition est désormais terminée, merci pour votre soutien.

N'hésitez pas à signer une des autres pétitions disponibles.

Agir
Signer la pétition
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres