Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Portrait

Marinel Summok Ubaldo

Cinq ans après le passage du typhon Yolanda, le gouvernement philippin n'a toujours pas reconstruit plus de 40% des logements nécessaires dans le village de Samar aux Philippines.

10 décembre 2019

La Commission philippine des droits humains a annoncé lors de la COP 25 que 47 grandes entreprises parmi les plus polluantes pourraient être poursuivies par la justice en raison des atteintes aux droits des citoyens causées par le dérèglement climatique.

4 octobre 2019

Grâce à votre soutien, Marinel a rejoint la 25ème conférence des Nations Unies sur le climat avec Amnesty International Espagne.

Marinel Ubaldo avait 16 ans, lorsqu’elle a vu le typhon Yolanda balayer son village du Samar oriental aux Philippines, le 13 novembre 2013. Ce typhon, l’un des plus meurtriers de l’histoire, a fait 28000 blessés, 6300 morts et touché plus de 16 millions de personnes. Le gouvernement philippin n’a pas réagi à la mesure du désastre, laissant la population vivre dans des conditions calamiteuses. Comme d’autres, Marinel et sa famille déplorent toujours le manque d’accès à des services de base tels que l’eau et l’électricité. Sur les 200000 logements nécessaires pour reloger les sinistrés, un peu plus de 117000 seulement avaient été achevés en 2018 et plus de 50% de ces maisons restent encore inoccupées, selon la National Housing Authority (NHA). De plus, cette administration a été fortement critiquée pour la mauvaise qualité des logements construits.

Cinq ans après le passage de Yolanda, Marinel s’est rendue à New York pour témoigner devant un parterre d’adultes dans le cadre d’une enquête menée par la Commission philippine des droits de l'homme au sujet de la responsabilité des entreprises pour le changement climatique.

« Je ne suis pas juste une statistique climatique ». Mon histoire est un témoignage parmi de nombreux autres et je suis ici pour parler au nom des populations vulnérables et marginalisées. Puissions-nous être entendues ».

Marinel Summok Ubaldo

Déterminée à faire en sorte que les gouvernements du monde entier s’emparent de la question climatique, Marinel milite désormais pour sensibiliser ses pairs et d'autres communautés.

Agir

Soutenons le combat de Marinel pour la justice climatique !

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres