Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Yasaman Aryani

Yasaman Aryani

Depuis avril 2019, Yasaman Aryani est détenue par les autorités iraniennes pour avoir milité pacifiquement contre le port obligatoire du voile en Iran.

Novembre 2020

Vous êtes plus de 100 000 en France à vous être déjà mobilisés pour demander la libération de Yasaman. Ensemble, on peut aller encore plus loin !

5 février 2020

Peine réduite

Nous avons appris que la Cour d'appel de Téhéran avait réduit les peines de Yasman et de sa mère à neuf ans et sept mois d'emprisonnement.

Offrir une fleur, retirer simplement son foulard : deux gestes que Yasaman Aryani a osé faire en public, s’opposant ainsi aux lois du régime qui imposent le port du voile en Iran. Cet acte de défiance poétique l’a conduite en prison.

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes 2019, Yasaman Aryani, accompagnée de sa mère, a courageusement retiré son voile pour traverser un wagon réservé aux femmes en distribuant des fleurs blanches. Elle a confié son rêve d’un avenir où toutes les femmes auraient la liberté de choisir ce qu’elles portent et où elles pourraient marcher ensemble « moi sans foulard et toi avec ». Des instants filmés, dont la diffusion est devenue virale en mars 2019.

Le visionnage de cette vidéo entraîne un dépôt de cookies de la part de YouTube. Si vous souhaitez lire la vidéo, vous devez consentir aux cookies pour une publicité ciblée en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Le 10 avril 2019, les autorités iraniennes ont arrêté Yasaman et l’ont détenue, seule, dans une cellule pendant plusieurs jours. Ses interrogateurs lui ont demandé d’«avouer » que des entités étrangères se trouvaient derrière son activité militante et de « se repentir » pour ses actions. Ils l’ont également menacé d’arrêter ses amis et sa famille si elle refusait. En juillet 2019, elle a été condamnée à seize ans d’emprisonnement: une année d’emprisonnement au motif de «propagande contre le régime», une peine de cinq ans au motif de «rassemblement et collusion en vue de commettre des infractions compromettant la sécurité nationale» et une peine de dix ans au motif d’« incitation à la corruption et la prostitution».

Une peine absurde et un traitement cruel infligés à Yasaman qui s’inscrivent dans le cadre d’une répression à plus grande échelle des femmes qui font campagne contre les lois iraniennes imposant le port du voile. Depuis 2018, des dizaines de femmes militant de façon pacifique contre le port obligatoire du voile en Iran, dont la mère de Yasaman, Monireh Arabshah, ont été arrêtées.

Actualités