Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Zeinab Sekaanvand Lokran a été arrétée à l'âge de 17 ans © D.R.

Zeinab Sekaanvand Lokran a été arrétée à l'âge de 17 ans © D.R.

Zeinab Sekaanvand Lokran a été arrétée à l'âge de 17 ans © D.R.

Peine de mort et torture
Actualité

Iran : une Kurde de 22 ans risque d’être exécutée

Arrêtée alors qu'elle avait 17 ans et reconnue coupable du meurtre de son époux à l'issue d'un procès manifestement inique, Zeinab Sekaanvand risque d’être pendue le 13 octobre.

Cette affaire est profondément choquante. Non seulement Zeinab Sekaanvand avait moins de 18 ans au moment du crime, mais elle s'est vue priver du droit de consulter un avocat et affirme avoir été torturée après son arrestation par des policiers, qui l'ont frappée sur tout le corps.

Zeinab Sekaanvand avait 17 ans lorsqu'elle a été arrêtée en février 2012 pour le meurtre de son mari, qu'elle avait épousé à l'âge de 15 ans. Elle a été détenue au poste de police pendant les 20 jours qui ont suivi, durant lesquels elle affirme avoir été frappée par des policiers. Elle leur a « avoué » avoir poignardé son mari après avoir subi des mois de violences physiques et psychologiques et après ses refus répétés de procéder à un divorce.

Lire aussi : pourquoi continuer d'être contre la peine de mort ?

Retour sur un procès entaché d'irrégularités

Son procès a été entaché d'irrégularités flagrantes. Elle n'a pas été autorisée à consulter un avocat durant toute la durée de sa détention provisoire et n'a rencontré son avocat commis d'office pour la première fois que lors de la dernière audience de son procès, le 18 octobre 2014. C'est lors de cette audience qu'elle est revenue sur les « aveux » qu'elle avait faits précédemment lorsqu'elle n'avait pas accès à une assistance juridique. Elle a déclaré au tribunal que le frère de son mari, qui l'avait violée à plusieurs reprises, était responsable du meurtre et l'avait contrainte à passer aux « aveux », lui promettant qu'il lui accorderait son pardon (en vertu du droit islamique, les proches d'une victime de meurtre ont le pouvoir de pardonner le coupable et d'accepter une indemnisation financière à la place). Sa déclaration n'a pas été prise en compte par le tribunal, qui s'est principalement fondé sur les « aveux » qu'elle avait faits sans qu'un avocat ne soit présent pour prononcer son verdict.

Par la suite, le 22 octobre 2014, la chambre n° 2 du tribunal pénal de la province de l'Azerbaïdjan occidental a condamné à mort Zeinab Sekaanvand au titre de la qisas (« réparation »). La chambre n° 7 de la Cour suprême d'Iran a plus tard confirmé sa déclaration de culpabilité et sa condamnation.

Les tribunaux n'ont pas appliqué les lignes directrices relatives à la condamnation de mineurs du Code pénal islamique de 2013 et n'ont pas ordonné de rapport médicolégal afin d’évaluer « son développement et sa maturité psychologiques » au moment des faits. En outre, ils ne l'ont pas informée qu'elle pouvait déposer une « demande de nouveau procès » (e’adeyeh-e dadresi) au titre de l'article 91 du Code pénal.

L'Iran ne respecte pas ses propres engagements

Le recours persistant de l'Iran à la peine de mort contre des mineurs témoigne du mépris des autorités pour des engagements qu'elles ont elles-mêmes signés. Les autorités iraniennes doivent immédiatement annuler la condamnation de Zeinab Sekaanvand et faire en sorte qu’elle soit rejugée dans le cadre d’une procédure équitable, excluant le recours à la peine de mort et conforme aux principes de la justice pour mineurs.

Le Code pénal iranien est loin de respecter les garanties prévues pour les mineurs délinquants au titre du droit international relatif aux droits humains, et les garanties limitées qui existent, tel que le fait d'informer les mineurs délinquants de leur droit de solliciter un nouveau procès, sont rarement mises en œuvre par les autorités.

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres