Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Portraits de prisonniers en Arabie Saoudite devant l'ambassade saoudienne au Mexique ©Edgard Garrido;

Portraits de prisonniers en Arabie Saoudite devant l'ambassade saoudienne au Mexique ©Edgard Garrido;

Pétition

Stop à la répression des voix critiques en Arabie saoudite !

Jusqu'au 23.09.2020
Le roi d’Arabie saoudite, Salman bin Abdul Aziz Al Saud
Liberté pour les militants d’Arabie saoudite !

Depuis mai 2018, l’Arabie saoudite intensifie la répression contre les voix critiques dans le royaume. Notamment, les femmes défenseures qui militent depuis des années pour l’égalité des droits sont en première ligne. 13 ont été arrêtées, parfois détenues au secret, sans contact avec leur famille et leur avocat pendant plusieurs mois. Certaines ont subides actes de torture et des sévices sexuels. Elles sont notamment accusées d'avoir contacté des médias étrangers, et des organisations internationales, comme Amnesty International. Certaines ont également été accusées de "promouvoir les droits des femmes" et "d’appeler à la fin du système de tutelle masculine". Suite à notre campagne de mobilisation internationale, huit des 13 militantes ont été temporairement libérées en 2019, Loujain al-Hathloul, Samar Badawi, Nassima al-Sada et deux autres militantes des droits des femmes restent derrière les barreaux.

Nos recherches montrent que les autorités saoudiennes instrumentalisent la lutte anti-terroriste pour museler ces femmes et plus généralement, la société civile. Le Tribunal pénal spécial est l’un des instruments de répression principal du régime. Sous prétexte de juger des personnes accusées d’infractions liées au terrorisme, il a déjà ordonné l’exécution d’au moins 28 saoudiens appartenant à la minorité chiite. Et environ 52 autres personnes, jugées devant ce Tribunal, purgent aujourd’hui de longues peines de cinq à trente ans de prison. 

La plupart des condamnations se base uniquement sur des aveux extorqués sous la torture.

Pendant que le gouvernement saoudien investit des millions de dollars pour redorer son image aux yeux du monde, il musèle toutes les voix dissidentes sur son territoire.  En novembre 2020, l’Arabie saoudite organisera le sommet du G20 à Riyadh. Il s’agit là d’une occasion d’augmenter la pression sur le roi Salman bin Abdul Aziz Al Saud et le gouvernement saoudien pour qu’ils entreprennent de véritables réformes protégeant les droits humains.

Demandez au roi d’Arabie saoudite, Salman bin Abdul Aziz Al Saud, de libérer immédiatement et sans condition toutes celles et tous ceux qui ont été emprisonnés pour avoir protesté de manière pacifique et d’abandonner toutes les charges retenues contre ces personnes.

Afficher la lettre de pétition

Téléchargez la version imprimable et faites-la signer autour de vous.

Agir
Signer la pétition
Stop à la répression des voix critiques en Arabie saoudite !

Signer la pétition

Le roi d’Arabie saoudite, Salman bin Abdul Aziz Al Saud
Liberté pour les militants d’Arabie saoudite !

Cette pétition est désormais terminée, merci pour votre soutien.

N'hésitez pas à signer une des autres pétitions disponibles.

Agir
Signer la pétition
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres