Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Memorial / Russie / AFP
De jeunes militants de Memorial sont devant la Cour suprême russe après l'annonce de la dissolution de l'ONG. Sur leur masque, on peut voir le logo de Memorial. À Moscou, le 28 décembre 2021 / © Natalia Kolesnikova - AFP

De jeunes militants de Memorial sont devant la Cour suprême russe après l'annonce de la dissolution de l'ONG. Sur leur masque, on peut voir le logo de Memorial. À Moscou, le 28 décembre 2021 / © Natalia Kolesnikova - AFP

De jeunes militants de Memorial sont devant la Cour suprême russe après l'annonce de la dissolution de l'ONG. Sur leur masque, on peut voir le logo de Memorial. À Moscou, le 28 décembre 2021 / © Natalia Kolesnikova - AFP

Liberté d'expression

Russie : l'ONG historique Memorial dissoute par les autorités

30 ans d’existence. L’ONG Memorial était un pilier dans la défense des droits humains. La Cour suprême russe a ordonné sa liquidation. Une décision honteuse.

Le verdict est tombé le 28 décembre : l’ONG Memorial ne sera plus. Cette fermeture d'une ONG emblématique en Russie est une attaque directe contre les droits à la liberté d'expression et d'association. Dès le lendemain, le 29 décembre, la justice russe a liquidé son organisation sœur, le Centre Memorial de défense des droits humains.  

En liquidant l’ONG Memorial et son Centre de défense de droits humains, les autorités russes poursuivent leur inlassable répression de la société civile. 

Lire aussi : En Russie, une parole libre est-elle encore possible ? 

Une ONG phare

Fondée en 1989, notamment par le prix Nobel Andreï Sakharov, Memorial International était l'une des organisations de la société civile les plus respectées de Russie. Quand au Centre de défense des droits humains de Memorial, il avait été fondé en 1991. Le cœur de mission de Memorial était de préserver la mémoire des victimes des violations des droits humains durant la période soviétique.

Lire aussi : En Russie, Memorial menacée de dissolution

L’ONG a travaillé pour documenter la répression politique et les atrocités perpétrées sous le régime de Joseph Staline et d'autres dirigeants soviétiques. Memorial a compilé la plus grande base de données sur les victimes de persécutions politiques de cette époque.

En fermant Memorial, les autorités russes piétinent la mémoire des millions de victimes du goulag. 

Marie Struthers, directrice d’Amnesty International Europe et Asie centrale 

Memorial / Russie

Un militant de Memorial est arrêté devant la Cour suprême russe lors de l'annonce de la dissolution de l'ONG. Il tient une pancarte avec écrit « Nous vivrons toujours ». Moscou, le 28/12/ 2021 - © Evgenia Novozhenina - Reuters

Liquidée car étiquetée « agent de l’étranger » 

Les procureurs ont affirmé que Memorial avait violé à plusieurs reprises la loi sur les « agents de l'étranger ». Concrètement, cette loi oblige toute organisation russe bénéficiant de financements en provenance de l’étranger et qui ont des activités pouvant être considérées comme politiques, d’inscrire sur ses publications la mention « agent de l'étranger ». Memorial avait été portée au registre des agents de l’étranger en 2016 et est ainsi accusée d'avoir omis régulièrement d'indiquer cette mention dans ses publications. 

En Russie, cette loi est en réalité utilisée comme une arme pour réduire au silence les critiques du Kremlin ainsi que les voix indépendantes.

La dissolution de Memorial montre la détermination des autorités à mettre fin au travail sur les droits humains en Russie.

L'utilisation par les autorités de la loi sur les «agents de l'étranger» pour dissoudre une organisation comme Memorial est une attaque flagrante contre la société civile.

De nombreux journalistes ont été classés « agents de l’étranger » et ainsi empêchés d’exercer leur travail en toute liberté.

Lire aussi : En Russie, le journalisme est devenu un métier à haut risque

Memorial est aussi accusée de « glorifier le terrorisme et l’extrémisme ». Ces fausses accusations sont un prétexte utilisé par les autorités russes pour faire taire toute voix dissidente. 

Nous appelons à ce que ces décisions soient annulées dans les plus brefs délais. La Cour européenne des droits de l'homme a déjà demandé à Moscou de suspendre la décision de dissoudre Memorial. 

En Russie, les libertés ne cessent de reculer. En fermant Memorial et son organisation sœur, les autorités montrent leur détermination à mettre fin au travail de défense des droits humains en Russie. Plus que jamais, nous continuerons d’alerter sur la situation des droits humains en Russie et de soutenir celles et ceux qui défendent les libertés.

Agir

SOUTENEZ-NOUS

Actions pour des personnes en danger, alerte sur des violations des droits humains, enquête sur la situation des Ouïghours en Chine, révélations de l’affaire Pegasus... c’est grâce à votre soutien que nous pouvons enquêter, alerter et agir pour défendre les droits humains en tout impartialité et indépendance. 

Pour continuer, nous avons besoin de vous.