Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 51 €
Agissez à nos côtés

Votre don peut sauver des vies 

Actions urgentes pour des personnes en danger, défense des droits des travailleurs exploités au Qatar, enquête sur les crimes de guerre… C’est grâce à vous que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance ! 

Aidez-nous à maintenir les droits humains en vie. 

© LOIC VENANCE / AFP

© LOIC VENANCE / AFP

© LOIC VENANCE / AFP

Liberté d'expression

#JusticePourSteve : ce qu’il faut savoir, ce qu’il faut retenir

Après la confirmation du décès de Steve Maia Caniço et à l’heure de la publication de l’enquête de l’IGPN qui nous laisse dubitatifs, faisons le point.

20 juillet 2021

L'enquête avance !

Un commissaire de police est désormais mis en examen pour homicide involontaire.

17 juin 2021

Deux ans après la mort de Steve Caniço à Nantes, le Parquet confirme que le jeune homme est tombé dans la Loire au moment de l’intervention policière. 

L’enquête administrative de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) n’établit pas de lien entre l'intervention de la police et sa disparition et ne remet pas en cause l’intervention des forces de l’ordre menée dans la nuit du 21 au 22 juin à Nantes. Edouard Philippe la résume ainsi : « Il ne peut être établi de lien entre l’intervention de police et la disparition de Steve Maia Caniço. »

L’enquête face au droit international

Pourtant, selon le droit international, tout recours à la force doit être strictement nécessaire et proportionné pour être légitime, qu’il s’agisse d’une riposte ou d’une charge de la police. L’usage de gaz lacrymogènes, de tirs de LBD 40 et de grenades de désencerclement, en bordure de Loire, constitue vraisemblablement un usage dangereux et excessif de la force. Même si les forces de l’ordre ont reçu des projectiles, rappelons que l’usage de la force doit être évité dès que d’autres tactiques sont envisageables pour préserver les personnes.

Il est incompréhensible que l’enquête de l’IGPN ne prenne pas en compte ces questions de proportionnalité et de nécessité. Si on peut poser des questions sur les conditions d’organisation de la fête ou sur les transmissions d’information aux forces de police engagées, il était aussi nécessaire d’interroger les modalités de leur action.

Il est bienvenu que le gouvernement s’engage à faire « toute la lumière » sur le décès de Steve Caniço, notamment à travers une enquête de l’Inspection générale de l'administration (IGA), afin de pouvoir interroger le rôle de la chaîne de commandement, ce que ne permettait pas l’enquête de l’IGPN. 

Un drame emblématique d’une dérive du maintien de l’ordre 

Ce drame est emblématique d’une dérive dans le maintien de l’ordre en France ces derniers mois

Le décès de deux personnes et le nombre inédit de blessures très graves, dans des contextes de gestions de foules, alertent gravement sur les moyens et les stratégies du maintien de l’ordre en France. 

Nous alertons la France depuis de nombreux mois

Depuis de nombreux mois,  nous alertons le gouvernement sur de nombreux points : 

l’importance d’un usage strictement nécessaire et proportionné de la force

la nécessité d’interdire les grenades de désencerclement GLI-F4 et la suspension du LBD40

l’urgence d’appliquer des stratégie de désescalade pour éviter autant que possible le recours à la force. 

Après le drame de Steve, les autorités prendront-elles enfin la mesure du problème ? A quand une stratégie du maintien de l’ordre respectueuse des droits humains en France ?

Agir

Abonnez-vous à l'Hebdo

Chaque vendredi, recevez par email l'essentiel de l'actualité des droits humains

#JusticePourSteve : ce qu’il faut savoir, ce qu’il faut retenir - Amnesty International France