Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 51 €
Agissez à nos côtés

Votre don peut sauver des vies 

Actions urgentes pour des personnes en danger, défense des droits des travailleurs exploités au Qatar, enquête sur les crimes de guerre… C’est grâce à vous que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance ! 

Aidez-nous à maintenir les droits humains en vie. 

Lieu d'accueil pour les rescapées de mariage forcé au Burkina Faso © Sophie Garcia/Corbis for Amnesty International

Lieu d'accueil pour les rescapées de mariage forcé au Burkina Faso © Sophie Garcia/Corbis for Amnesty International

Lieu d'accueil pour les rescapées de mariage forcé au Burkina Faso © Sophie Garcia/Corbis for Amnesty International

Qu'est-ce qu'un mariage précoce ?

Subir un mariage précoce, c’est être marié très jeune, contre son gré et avec une personne que l’on ne choisit pas.

Chaque année, des milliers d’enfants à travers le monde — et plus particulièrement de jeunes filles — sont mariés avant l’âge de 18 ans, et même souvent avant l’âge de 11 ans. Le partenaire qu’on leur impose est parfois beaucoup plus âgé qu’eux. Cette pratique est fréquente en Afrique de l’Ouest et notamment au Burkina Faso où plus de la moitié des filles sont mariées avant l’âge de 18 ans.

La suite logique de ces mariages est la grossesse, souvent forcée elle aussi : la femme mariée doit faire autant d’enfants que le souhaite son mari, même si cela induit des des risques en raison de son jeune âge. Les mariages forcés sont pourtant interdits par la constitution du pays et par le droit international, mais les autorités peinent à mettre en œuvre cette interdiction. Des moyens légaux existent donc pour mettre fin à ces violations d’un droit humain fondamental : la liberté de disposer de son corps et de sa propre vie.

Agir

Abonnez-vous à l'Hebdo

Chaque vendredi, recevez l'actualité des droits humains dans votre boîte mail

Actualités
Qu'est-ce qu'un mariage précoce ? - Amnesty International France