Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Plus que jamais, nous avons besoin de vous

Amnesty International est l’une des rares associations à être financée quasi exclusivement par la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Une militante, portant un masque de protection au milieu de l'épidémie de COVID-19, proteste contre une initiative visant à restreindrs l'accès à l'avortement devant le Parlement à Varsovie / credit : REUTERS/Kacper Pempel

Une militante, portant un masque de protection au milieu de l'épidémie de COVID-19, proteste contre une initiative visant à restreindrs l'accès à l'avortement devant le Parlement à Varsovie / credit : REUTERS/Kacper Pempel

Une militante, portant un masque de protection au milieu de l'épidémie de COVID-19, proteste contre une initiative visant à restreindrs l'accès à l'avortement devant le Parlement à Varsovie / credit : REUTERS/Kacper Pempel

Droits sexuels et reproductifs
bonne nouvelle

Pologne : des lois sur l’avortement et l’éducation à la sexualité reportées

Dans un contexte de crise sanitaire empêchant les activistes de manifester, la Pologne a tenté de faire adopter des lois limitant l’accès à l’avortement et à l’éducation sexuelle.

Alors que la Pologne doit gérer la crise sanitaire liée à la pandémie du COVID-19, le Parlement devait le 16 avril débattre de deux lois draconiennes qui cherchent à interdire l’accès à l’avortement et à criminaliser l’éducation sexuelle. Le premier texte limiterait fortement l’avortement, tandis que le second, à l’initiative d’organisations anti-LGBTI, ferait de l’enseignement ou même de la promotion de l’éducation à la sexualité auprès de personnes âgées de moins de 18 ans une infraction passible d’une peine maximale de trois ans de prison. Les textes de loi ont finalement été transmis à des sous-commissions parlementaires et les dates d’examens n’ont pas encore été annoncées.

Lire aussi : En Pologne, des lois pour restreindre l'accès à l'avortement

Une régression sans précédent

Le texte prévoit d’abroger l’autorisation d’avorter si le fœtus présente des dommages irréversibles. Les malformations graves ou mortelles du fœtus sont des maladies graves, qui entraînent souvent le risque que le fœtus ne survive pas à l’accouchement ou que l’enfant ne vive pas longtemps après sa naissance. D’après des statistiques officielles, la majorité des avortements en Pologne sont pratiqués pour ces motifs. Par conséquent, si la proposition de loi est adoptée, les répercutions seraient dramatiques sur les droits des femmes et des jeunes filles en Pologne, qui devront se rendre à l’étranger pour interrompre leur grossesse ou mettre leur vie en danger en se faisant avorter dans de mauvaises conditions dans leur pays.

Rejeter ces textes de loi une fois pour toute !

Face à l’interdiction de manifester dans le cadre des mesures mises en place pour lutter contre la propagation du COVID-19, les mouvements de défense des droits des femmes se sont montrés réactifs et créatifs. Le 14 avril, une manifestation virtuelle s’est déroulée sur les réseaux sociaux sous le hashtag #ProtestAtHome. Ainsi, des milliers de militants ont posté des selfies afin d’interpeller les députés polonais sur cette décision cruciale et leur demander de rejeter ces textes de lois régressifs.

Les voix de milliers de personnes qui ont pris part à ces actions créatives cette semaine ont certes été assourdies par leurs masques, mais leur message n’en a pas été moins distinctement délivré. En effet, même en temps de pandémie de COVID-19, le pouvoir de la contestation reste décisif. Lors de l’examen de ces textes le 16 avril, les députés polonais ont finalement décidé de ne pas adopter ces deux projets de loi mais de les transmettre à des sous-commissions pour poursuivre le débat, ce qui dans les faits revient à « geler » leur adoption dans un avenir proche. Les dates d’examen de ces projets de loi par les sous-commissions parlementaires n’ont pas encore été annoncées.

Alors que la législation polonaise en la matière est déjà l’une des plus restrictives d’Europe, ces lois rétrogrades alimenterait la peur et l’ignorance et restreindrait plus fortement encore l’accès à l’avortement pour les femmes. Tenter de faire adopter ces lois d’un autre temps est honteux en toutes circonstances !

Menaces sur l'accès à l'avortement en Pologne ? Des personnes se mobilisent malgré le confinement. 💪✊👏

Posted by Amnesty International France on Saturday, April 18, 2020
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres