Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 34 €
Agir

Soutenez-nous

Actions urgentes pour des personnes en danger, révélations de l’affaire Pegasus, enquête sur la situation des Ouïghours en Chine… c’est grâce à votre soutien que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance.

Marche Nous toutes 2021

Marche #NousToutes

toujours dans la rue en 2021 !

Marche Nous toutes 2021

Aujourd’hui, c’est la journée internationale contre les violences faites aux femmes. Et nous avons encore en tête le slogan scandé lors de la marche samedi dernier, contre les violences sexistes et sexuelles : « Toutes pour une, justice pour toutes  ! ». Car en 2021, descendre dans la rue pour les droits des femmes est encore une nécessité.

Les violences faites aux femmes et aux minorités de genre sont toujours omniprésentes dans nos sociétés. Pour autant, la plupart des gouvernements ne prennent pas leurs responsabilités. Ils allouent des moyens très insuffisants à la lutte contre ces violences. Pire, ils continuent parfois de restreindre les droits des femmes ou de les contester…et ajoutent ainsi d’avantage de violences.  

Notre mobilisation est donc plus que jamais essentielle. C’est pourquoi, nous faisions partie des 50 000 personnes présentes dans le cortège parisien aux côtés de nombreuses associations féministes dont Nous Toutes.  

Au Mexique, 10 femmes sont assassinées chaque jour, soit 3650 femmes par an. 

« So-so-solidarité avec les femmes du monde entier ! ». Au rythme des tambours de la batucada brésilienne Batucapop, nous scandions avec force notre soutien à toutes les personnes victimes de violences sexistes et sexuelles partout dans le monde.  

Marche Nous toutes 2021

Le cortège d'Amnesty International France lors de la marche contre les violences sexistes et sexuelles à Paris © Benjamin Girette

Une lutte qui nous concerne tous  

Les violences faites aux femmes et aux minorités de genre concernent tout le monde. Nous devons tous nous mobiliser pour que les victimes obtiennent justice. Nous avons le pouvoir de faire pression sur les autorités afin qu’elles engagent les mesures nécessaires. C’est ce qu’affirmaient plusieurs des jeunes militantes et militants présents dans notre cortège.  

Ils ont un message

Anis, 25 ans
Pouvoir vivre et se sentir en sécurité est un droit inaliénable. On va continuer à lutter pour que tout le monde puisse en bénéficier, quel que soit son genre. 
Antenne jeune de Villetaneuse
 Cette manifestation elle s’adresse aussi aux candidats à l’élection présidentielle. Aujourd’hui, on est des milliers dans la rue donc c’est aussi pour montrer le poids de l’opinion publique par rapport à ces questions. C’est vraiment primordial de mettre au cœur des enjeux politiques ces questions. 
Étudiante à Paris Nord
Clara, 24 ans
Je pense que personne ne devrait être discriminé et persécuté pour son genre. Si je devais avoir UN message à faire passer aux victimes : on vous écoute mais surtout on vous croit. 
Antenne Jeune Amnesty Sorbonne Paris Nord

Un combat universel  

En tant qu’organisation internationale, notre rôle lors de cette marche, était également de sensibiliser à la situation des personnes victimes de violences sexistes et sexuelles à travers le monde. Cette année, nous avons invité des féministes mexicaines à rejoindre notre cortège pour alerter sur la situation des femmes dans leur pays.  

Lire aussi : Féminicides au Mexique : les autorités violent les droits des femmes avec des enquêtes insuffisantes 

10 femmes sont assassinées par jour au Mexique, soit 3650 femmes par an. Pour autant, le gouvernement ne semble pas prendre la mesure de l’urgence. Les enquêteurs en charge des affaires de féminicides sont en sous-effectif et manquent de formation et de matériel. Ils n’ont parfois pas d’endroit pour garder les preuves, ce qui favorise leur contamination. Il arrive que les familles se retrouvent seules pour mener les enquêtes.  

À droite, Wendy Galarza militante féministe mexicaine. À gauche, Cécile Coudriou, présidente d'Amnesty International France © Benjamin Girette

Wendy Galarza, en sait quelque chose. Cette militante mexicaine de 30 ans se mobilise depuis des années dans son pays pour lutter contre les féminicides et demander au gouvernement mexicain de rendre des comptes. La réponse des autorités ? Plus de violences ! 

Signez notre pétition : La police lui tire dessus lors d’une manifestation contre les féminicides 

La police tire à balles réelles sur les femmes qui marchent contre les féminicides. Wendy a elle-même failli perdre la vie. Malgré cette violence d’État, son engagement ne faiblit pas.  

« Je continuerai d’élever la voix et de défendre mes droits fondamentaux et ceux de mes partenaires dans cette lutte. »  

Wendy Galarza

 

La présidente d'Amnesty International France Cécile Coudriou et de jeunes militantsà la marche du 20 novembre 2021

La présidente d'Amnesty International France Cécile Coudriou et de jeunes militants à la marche du 20 novembre 2021 © Benjamin Girette

La France a un rôle clé à jouer pour lutter contre ces violences

Les engagements pris par la France lors du Forum Génération Égalité en juillet 2021, n’ont pas été à la hauteur des attentes des associations. Aujourd’hui,le gouvernement français a de nouveau une opportunité à saisir.

En 2022, la France assurera la présidence du Conseil de l’Union Européenne. Lors de ce mandat de 6 mois, le président Macron doit mettre à l’ordre du jour la défense des droits des femmes. Un impératif pour engager une politique commune des pays européens sur la problématique des violences sexistes et sexuelles.  

Agir

Comment lutter contre les violences faites aux femmes ?

Face à des violences généralisées, quelles réponses des pouvoirs publics ? Quelles mobilisations des sociétés civiles ?

Nous organisons une rencontre avec Wendy Galarza, Edith Olivares, le collectif #NousToutes et d'autres intervenantes pour répondre à toutes vos questions.