Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Dozens of policemen gather to protest against the statements of the Minister of the Interior, Christophe Castaner, concerning the methods of arrest of the policemen outside the Maison De La Radio, home of French public radio, in Paris, France on June 25, 2020. Photo by Karim Ait Adjedjou/Avenir Pictures/ABACAPRESS.COM
Un policier devant la maison de la radio à Paris, 2020 © Karim Ait Adjedjou/Avenir Pictures/ABACAPRESS.COM

Un policier devant la maison de la radio à Paris, 2020 © Karim Ait Adjedjou/Avenir Pictures/ABACAPRESS.COM

Un policier devant la maison de la radio à Paris, 2020 © Karim Ait Adjedjou/Avenir Pictures/ABACAPRESS.COM

Discriminations

« Contre le poison des contrôles au faciès, le gouvernement doit recourir au bon antidote »

Dans une tribune au « Monde », Amnesty International et les membres du collectif d’organisations qui a lancé le 27 janvier une action juridique de groupe contre l’Etat français pour discriminations policières réclament, dans un délai de quatre mois, un ensemble de mesures, à commencer par la modification du cadre légal des contrôles d’identité.

Tribune. Les contrôles d’identité au faciès sont un poison. Ceux qui sont empoisonnés sont d’abord les personnes qui en sont la cible, avant tout des jeunes hommes et même des enfants perçus comme Noirs ou Arabes qui sont contrôlés régulièrement par la police non à cause de ce qu’ils font ou sont soupçonnés de faire, mais uniquement en raison de leur apparence.

Lire aussi : Notre procédure historique contre l’inaction de l’État français face aux contrôles d’identité discriminatoires

Ces contrôles discriminatoires nient l’humanité même des personnes contrôlées. Depuis des années, des enquêtes multiples et rigoureuses, ainsi que les témoignages de ceux qui les subissent en montrent les ravages. Les contrôles stigmatisent, ils dégradent, ils humilient, ils sont une violence et un traumatisme.

Mesure-t-on bien que ces contrôles d’identité au faciès constituent pour des adolescents parfois très jeunes leur première expérience d’interaction avec la police et de discriminations ? De nombreux responsables politiques ont reconnu et condamné l’existence de ces abus. Mais il ne suffit pas de dénoncer ou de condamner. Il faut agir pour tarir les sources du poison.

Cet article a été publié le 19 mars 2021 à 20h00 sur Le Monde.

Retrouvez-le en intégralité sur le site lemonde.fr

Agir

Agissez avec votre smartphone pour des personnes en danger 

Une à deux fois par mois, vous recevez une alerte par sms pour venir en aide à une personne exposée à une situation grave.  

En 5 min, vous pouvez faire la différence.