Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Alexeï Navalny présent à son audience le 20 février 2021, à Moscou, Russie / ©Maxim Shemetov - REUTERS

Alexeï Navalny présent à son audience le 20 février 2021, à Moscou, Russie / ©Maxim Shemetov - REUTERS

Alexeï Navalny présent à son audience le 20 février 2021, à Moscou, Russie / ©Maxim Shemetov - REUTERS

Liberté d'expression

L'état de santé d'Alexeï Navalny est très inquiétant

En prison, Alexeï Navalny voit sa santé se dégrader de jour en jour. Les autorités russes le privent de soins médicaux adaptés. 

Depuis le mois de mars, Alexeï Navalny est détenu dans une prison réputée comme étant l'une des plus dures de Russie: la "colonie pénitentiaire n°2" située à 100 km de Moscou, dans la localité de Pokrov. C'est ici que l'opposant russe et militant anti-corruption de 44 ans, doit purger sa peine de deux ans et demi de prison. Une condamnation totalement arbitraire et motivée politiquement.  

Lire aussi: Alexeï Navalny est condamné à deux ans et demi de prison 

Plus les jours passent, plus sa santé se dégrade. Il a besoin d'une assistance médicale mais les autorités russes la lui refusent. Pour protester contre ses conditions de détention, il a entamé une grève de la faim le 31 mars. Alexeï Navalny est de plus en plus affaibli. Son état de santé nécessite l’intervention de médecins fiables et indépendants. 

Le 19 avril, il a été transféré au service médical d’une nouvelle colonie pénitentiaire. Les autorités ont qualifié son état de santé de «satisfaisant», mais ses médecins traitants, eux, ont déclaré que Alexeï Navalny pouvait «à tout moment» faire un arrêt cardiaque.

TRANSFÉRÉ VERS UN HÔPITAL POUR PRISONNIER 

Bien que transféré dans une nouvelle colonie pénitentiaire depuis le 19 avril, les autorités russes refusent toujours qu’il soit examiné par des médecins indépendants, choisis par lui. 

Le transfert de Alexeï Navalny et les dernières déclarations officielles laissent à penser que les autorités ont l'intention de l’alimenter contre son gré pour briser sa grève de la faim. Un acharnement qui se poursuit. 

PRIVÉ DE SOINS 

Avant son transfert, Alexeï Navalny souffrait de douleurs dans le dos, d’engourdissements dans les jambes, de fièvre et d'une toux sévère. 

Les autorités russes ont l’obligation de lui fournir des soins médicaux appropriés. Pourtant, malgré les nombreuses demandes effectuées, elles refusent à Alexeï Navalny un accès aux soins. Il n'a toujours pas été autorisé à recevoir la visite d'un médecin de son choix.

Privé de sommeil

En plus des graves problèmes de santé dont il souffre, Alexeï Navalny est privé de sommeil: il est réveillé toutes les heures par des gardiens pour des contrôles nocturnes injustifiés.

Cette privation de sommeil s'apparente à une forme de torture. Alexeï Navalny a besoin de soins adaptés d'autant plus que sa santé est très fragile. L'empoisonnement dont il a été victime, il y a quelques mois, continue de menacer sa santé. 

EMPOISONNÉ À L'ARME CHIMIQUE

Le 20 août dernier, Alexeï Navalny a failli mourir empoisonné. Il est tombé gravement malade à son retour d’une tournée électorale en Sibérie et il a dû être hospitalisé d'urgence. Le 21  août, la Cour européenne des droits de l’homme a demandé qu’il soit transféré en Allemagne pour recevoir des soins. Dès le lendemain, il était évacué vers Berlin, inconscient et dans un état critique. Il a été placé en coma artificiel pendant près d’un mois.

Des experts indépendants, en Allemagne et dans plusieurs autres pays, ont diagnostiqué son empoisonnement au Novitchok, une arme chimique extrêmement dangereuse. Il s'agit d'un poison mis au point en secret par les Soviétiques dans les années 1970, et interdit depuis. Peu de personnes ont survécu au Novitchok. L'opposant russe accuse les services secrets et Vladimir Poutine d'avoir commandité son empoisonnement. De leur côté, les autorités russes n'ont toujours pas ouvert d'enquête à ce sujet. 

APRÈS L'EMPOISONNEMENT, L'EMPRISONNEMENT 

Après cinq mois de convalescence à Berlin, Alexeï Navalny a fait le choix de revenir en Russie. À son arrivée à l’aéroport de Moscou, le 17 janvier, il a été immédiatement arrêté.  Et le 2 février, il a été condamné à deux ans et demi de prison. Cet acharnement montre bien que les autorités russes font tout pour faire taire leurs opposants. 

L'empoisonnement dont Alexeï Navalny a été victime au mois d'août dernier, continue aujourd'hui d'affecter sa santé. Les experts médicaux reconnaissent que les effets de l’empoisonnement au Novitchok sont graves et qu’ils nécessitent des soins médicaux hautement spécialisés et sur le long terme. 

Les autorités russes ne peuvent plus ignorer les réactions mondiales suscitées par le traitement consternant qu’elles ont réservé à Alexeï Navalny. Nous demandons à nos militants, aux gouvernements nationaux et aux organismes internationaux de se joindre à notre appel pour qu’Alexeï Navalny soit libéré dans les plus brefs délais et bénéficie de soins de santé adaptés. Il y a urgence. 

Agir

4 choses urgentes à faire pour Alexeï Navalny

 Sa vie est à nouveau en danger.

Ensemble, mobilisons-nous pour que Alexeï Navalny accède à des soins adaptés et soit enfin libéré !