Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Manifestation pour la dignité et la justice, dimanche 19 mars 2017 à Paris entre Nation et Réublique. © Martin Barzilai

Manifestation pour la dignité et la justice, dimanche 19 mars 2017 à Paris entre Nation et Réublique. © Martin Barzilai

Manifestation pour la dignité et la justice, dimanche 19 mars 2017 à Paris entre Nation et Réublique. © Martin Barzilai

Liberté d'expression
Actualité

Projet antiterroriste en France : vers un état d'urgence permanent

Jeudi 8 juin, Le Monde a rendu public le projet de loi renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure. Ce projet de loi a été présenté par le gouvernement comme devant permettre la sortie, dans les meilleurs délais, de l’état d’urgence, en vigueur depuis 18 mois.

Le projet de loi préparé par le gouvernement pour sortir de l’état d’urgence, tel que publié par Le Monde, vise à rendre permanentes plusieurs dispositions parmi les plus contestables de l’état d’urgence, en n’encadrant leur usage que de manière superficielle.

Lire aussi : le droit de manifester menacé en France

Ainsi, les assignations à résidence et les perquisitions administratives pourront être prises « contre toute personne dont le comportement est susceptible de représenter une menace sérieuse contre la sécurité et l’ordre public » par les préfets. Comme sous l’état d’urgence, il ne sera pas nécessaire de se baser sur des activités criminelles, mais sur des comportements. Non sur des indices graves et concordants, mais sur de simples suspicions.

Les dérives graves de l’état d’urgence

En reléguant au second plan le pouvoir judiciaire, en privilégiant des mesures de police administratives, les autorités n’ont tiré aucune leçon des dérives graves que l’état d’urgence a provoquées. Des milliers de personnes ont vu leur domicile perquisitionné, parfois de manière violente et brutale, des centaines ont été assignées à résidence, l’immense majorité sans aucun lien avec une quelconque infraction terroriste, et sur des bases souvent discriminatoires. Avec ce projet de loi, les autorités françaises jouent un jeu très dangereux. Il est encore temps de faire marche arrière.

MANIFESTER EST UN DROIT, PAS UNE MENACE !

Sur Twitter, par mail ou par courrier, interpellez, Emmanuel Macron, le nouveau président de la République française

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres