Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
En 2016 Phyoe Phyoe Aung et de nombreux étudiants retrouvaient la liberté au Myanmar. © N.R.

En 2016 Phyoe Phyoe Aung et de nombreux étudiants retrouvaient la liberté au Myanmar. © N.R.

Liberté d'expression
Actualité

Phyoe Phyoe Aung : "recevoir des lettres est une réelle source d'inspiration"

Etudiante syndicaliste au Myanmar, emprisonnée pour avoir manifesté, libérée grâce à vous. Découvrez l'histoire de Phyoe Phyoe.

Agée de 27 ans, Phyoe Phyoe Aung est Secrétaire générale de la Fédération des syndicats étudiants birmans. Ce mouvement national a contesté la loi nationale sur l’éducation votée en septembre 2014. Il dénonçait en particulier le contrôle du gouvernement sur les universités, l’absence de reconnaissance des langues minoritaires et l’absence de reconnaissance des syndicats d’étudiants et d’enseignants.

Après l’échec des négociations avec les autorités birmanes, une grande marche vers la capitale a été organisée en mars 2015. Lors de cette marche, les manifestants, bloqués par la police, sont restés huit jours sur place avant d’être violemment dispersés. Phyoe Phyoe et une centaine d’étudiants ont été arrêtés et inculpés pour des motifs multiples : "rassemblement illégal", "participation à un attroupement illégal sachant qu’il a été dispersé", "émeute", "blessure volontaire pour détourner un fonctionnaire de son devoir", "incitation à commettre des infractions contre l’État ou contre la tranquillité publique". Ils risquaient jusqu’à 9 ans de prison. Emprisonnée uniquement pour avoir manifesté pacifiquement, Phyoe Phyoe Aung est une prisonnière d’opinion.

Comprendre : Qu’est-ce qu’un prisonnier d’opinion ?

En 2016, Amnesty International lance une campagne pour mettre en avant les personnes libérées et inviter les gens à agir aux côtés de l'organisation © AIF

394 000 lettres, courriels et tweets pour demander sa libération

Lors de sa campagne des 10 jours pour signer en décembre 2015, notre organisation a lancé un appel mondial à mobilisation en faveur de Phyoe Phyoe. Des milliers de sympathisants ont interpellé les autorités birmanes pour leur demander la libération immédiate et inconditionnelle, et l’abandon de l’ensemble des poursuites à l’encontre de Phyoe Phyoe, de tous les manifestants pacifiques et de tous les dissidents détenus uniquement pour avoir exprimé leur opinion politique et participé à des activités pacifiques.

Ce sont ainsi plus de 394 000 lettres, courriels et tweets qui ont été écrits en sa faveur. Une pétition d’Amnesty International France à l’intention des autorités birmanes a recueilli plus de 50 000 signatures.

En avril 2016, Phyoe Phyoe Aung a été libérée et les charges retenues contre elle et contre de nombreux autres étudiants ayant participé aux manifestations en mars 2015 ont été abandonnées. Le nouveau gouvernement du Myanmar a annoncé qu'il allait prendre des mesures pour libérer tous les prisonniers d’opinion dès que possible, et mettre fin aux arrestations et détentions pour motifs politiques. Un grand nombre a de fait été libéré depuis. Mais il reste encore beaucoup à faire, nous continuons de mener campagne pour la libération de tous et pour que les autorités birmanes garantissent la liberté d’expression de tous.

Notre combat pour les prisonniers d'opinion

Nous agissons pour les personnes victimes de violations de droits humains pour le simple fait d’avoir usé pacifiquement de leur liberté d’expression, d’association et de rassemblement en :

Exigeant des autorités la libération des prisonniers d’opinion,

Cherchant à faire abroger ou modifier les lois qui restreignent abusivement les libertés d’expression, d’association et de réunion pacifique,

Organisant des actions de solidarité avec les prisonniers d’opinion, afin de soutenir leur moral et de rendre visibles leurs combats.

Rester informé(e)
Et recevoir nos newsletters
Nous suivre:
AMNESTY INTERNATIONAL FRANCE
76, boulevard de la Villette - 75940 Paris cedex 19
Téléphone: (+33) 01 53 38 65 65
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres