Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 34 €
Agir

Soutenez-nous

Actions urgentes pour des personnes en danger, révélations de l’affaire Pegasus, enquête sur la situation des Ouïghours en Chine… c’est grâce à votre soutien que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance.

International Women's Day in Mexico City. 2017
International Women's Day in Mexico City, 2017 © Sergio Ortiz/Amnesty International

International Women's Day in Mexico City, 2017 © Sergio Ortiz/Amnesty International

International Women's Day in Mexico City, 2017 © Sergio Ortiz/Amnesty International

Discriminations

Féminicides au Mexique : les autorités violent les droits des femmes avec des enquêtes insuffisantes 

Les autorités mexicaines négligent les droits des femmes dans les enquêtes sur les féminicides. Une réalité que nous dénonçons avec notre nouvelle enquête et notre campagne #HastaSerEscuchadas («jusqu’à ce qu’elles soient entendues ») en soutien aux victimes et à leurs familles.  

3 723. C’est le nombre de femmes tuées recensé par les autorités mexicaines en 2020. 940 de ces cas sont suspectés d’être des féminicides. 

Notre enquête met en lumière les failles de procédure dans quatre affaires emblématiques de féminicides. Elles s’appelaient Nadia Muciño Márquez, Daniela Sánchez Curiel, Diana Velázquez Florencio et Julia Sosa Conde. Assassinées entre 2004 et 2018, elles étaient toutes portées disparues avant leur mort. Ces féminicides ne sont pas des cas isolés mais le reflet d’une réalité pour les femmes dans tous les Etats du Mexique.  

Peu de personnel et du matériel insuffisant pour enquêter 

Les autorités mexicaines n’examinent pas correctement les lieux où les faits se sont produits, ne conservent pas de façon appropriée les preuves qui ont été collectées et ne procèdent pas à des expertises, ce qui cause la perte de données, d’objets, de substances et de témoignages. Cette négligence se reflète notamment dans le fait que le personnel du parquet général de l’État de Mexico (FGJEM) ne dispose pas des conditions nécessaires pour mener à bien les enquêtes. La surcharge de travail du service est constante et ses ressources matérielles insuffisantes pour accomplir certaines tâches. De plus, le personnel doit payer de sa poche une partie du matériel nécessaire pour mener les enquêtes et n’a pas d’endroit où conserver les preuves de façon sécurisée, ce qui favorise leur contamination et leur destruction.  

Lire aussi : Les femmes prises pour cible au Mexique

Les familles se retrouvent seules pour mener l’enquête 

Comme les autorités n’examinent pas toujours toutes les pistes, ce sont les familles des victimes – généralement les femmes – qui doivent mener les enquêtes en utilisant leurs propres ressources. Dans certains cas, les autorités ont menacé et harcelé les familles afin qu’elles n’attirent pas l’attention de leurs supérieurs hiérarchiques sur ces affaires.  

« Chaque féminicide a un impact terrible sur la famille de la victime qui cherche à obtenir vérité, justice et réparation […]. C’est pourquoi nous continuons d’insister sur le fait que la violence à l’égard des femmes doit constituer un sujet hautement prioritaire pour le gouvernement fédéral et les autorités locales »

Edith Olivares Ferreto. Directrice d’Amnesty International Mexique. 

Par ailleurs, les autorités n’appliquent pas toujours la dimension de genre pendant toute la procédure pénale, contrairement à ce que prévoient les protocoles pour les enquêtes sur la mort violente de femmes. Ces insuffisances entravent la procédure judiciaire et augmentent la probabilité d’une impunité dans ces affaires. Les autorités mexicaines sont tenues d’appliquer les dispositions des traités internationaux auxquels le Mexique est partie et qui établissent un ensemble de normes et de principes pour garantir les droits des femmes. Nous continuerons d’élever notre voix avec les familles de victimes, et d’accompagner ces dernières dans leur quête de la vérité, de justice et de réparation pour les préjudices subis, jusqu’à ce qu’elles soient entendues.  

Nos recommandations    

Afin de protéger les droits des victimes, l’intégrité des personnes, la protection judiciaire des familles des victimes et l’accès à la justice, nous demandons : 

Aux autorités fédérales :  

de reconnaître publiquement l’ampleur du problème des féminicides et des disparitions au Mexique, ainsi que les failles que présentent les enquêtes sur ces crimes. 

Au parquet général et au Congrès de l’État du Mexique : 

de donner à ses services les ressources humaines et financières nécessaires pour enquêter sur les féminicides  

Le parquet général doit également concevoir et mettre en oeuvre une formation sur la façon d’enquêter sur les disparitions et les morts violentes en intégrant la dimension de genre. 

 À la Commission des droits humains de l’État de Mexico  :  

d’enquêter sur le problèmes et failles que présentent les enquêtes pénales portant sur les violences à l’égard des femmes, en particulier les féminicides et les disparitions 

formuler des recommandations abordant les points soulignés dans notre rapport 

  

Agir

Rester informé 

Recevez nos emails d'information et d'action sur les discriminations