Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Plus que jamais, nous avons besoin de vous

Amnesty International est l’une des rares associations à être financée quasi exclusivement par la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Les étudiants et les militants universitaires portent des costumes et des pancartes lorsqu'ils se joignent à l'action mondiale pour le changement climatique, à Manille / Credit : REUTERS/Peter Blaza

Les étudiants et les militants universitaires portent des costumes et des pancartes lorsqu'ils se joignent à l'action mondiale pour le changement climatique, à Manille / Credit : REUTERS/Peter Blaza

Les étudiants et les militants universitaires portent des costumes et des pancartes lorsqu'ils se joignent à l'action mondiale pour le changement climatique, à Manille / Credit : REUTERS/Peter Blaza

bonne nouvelle

Crise climatique : une décision historique sur la responsabilité des entreprises

Aux Philippines, la décision de la Commission des droits humains est une lueur d’espoir pour les victimes de la crise climatique. Une avancée historique !

La Commission philippine des droits humains vient d’annoncer que quarante-sept entreprises exploitant les énergies fossiles pourraient être amenées à répondre de violations des droits des citoyens du pays pour les dommages causés par le dérèglement climatique.

Il s’agit de la toute première fois qu’un organe de protection des droits humains statue que les entreprises exploitant les énergies fossiles peuvent être considérées comme légalement responsables des atteintes aux droits humains liées au dérèglement climatique.

Même si la décision de la Commission n’entraîne pas de sanctions immédiates pour les entreprises en question, son annonce historique crée un précédent juridique majeur. Elle ouvre la porte à d’autres actions en justice, et même à des enquêtes judiciaires, au terme desquelles les entreprises exploitant les énergies fossiles et d’autres grands pollueurs pourraient soit être obligés à payer des dommages et intérêts, soit voir leurs responsables condamnés à des peines d’emprisonnement pour les préjudices liés au dérèglement climatique. Cette décision affirme également que les entreprises exploitant les énergies fossiles doivent respecter les droits humains et investir dans les énergies propres.

Nous qui défendons les droits humains devons tirer parti de l’impulsion créée par cette décision pour amener les pollueurs et les gouvernements à rendre des comptes.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres