Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
bonne nouvelle

Commencer une nouvelle vie, loin des menaces

Deux sœurs saoudiennes, connues sous les noms de Reem et Rawan,dont les vies étaient menacée si elles avaient été renvoyées en Arabie saoudite, ont quitté Hong Kong pour commencer une vie en sécurité dans un autre pays.

Les deux sœurs, âgées de 18 et 20 ans et connues, pour leur protection, sous les pseudonymes de Reem et Rawan, ont fui l’Arabie saoudite après avoir été frappées à de nombreuses reprises par des hommes de leur famille et avoir été traitées « comme des esclaves ». Elles sont arrivées à Hong Kong en septembre 2018, lors d’une escale. Dans les heures qui ont suivi leur arrivée, elles ont été empêchées de poursuivre leur voyage par des agents du consulat d’Arabie saoudite à l’aéroport international de Hong Kong. Elles n’ont pas eu d’autre choix que quitter l’aéroport et vivre dans la clandestinité à Hong Kong.

Le fait que Reem et Rawan soient désormais en lieu sûr est une excellente nouvelle. Elles ont fait preuve d’un très grand courage et ont pris de graves risques pour échapper aux violences répétées des hommes de leur famille. Les deux sœurs doivent être autorisées à vivre sans craindre que leur famille ou les autorités saoudiennes les forcent à revenir en Arabie saoudite.

 L’absence de protection adaptée contre les violences domestiques en Arabie saoudite a permis à des hommes de la famille de Reem et Rawan de les frapper à plusieurs reprises sans être inquiétés.

Il ne s’agit là que d’un des nombreux aspects de la discrimination systémique dont sont victimes les femmes saoudiennes en raison du système répressif de tutelle masculine dans le pays. Non seulement ce système traite les femmes comme des citoyennes de seconde zone, mais en plus, il les met gravement en danger. Aucune femme ou fille ne devrait craindre pour sa vie comme Reem et Rawan.

L’Arabie saoudite doit de toute urgence réformer le système de tutelle et mettre fin à tout l’éventail de lois et pratiques discriminatoires auxquelles les femmes sont soumises.

Abonnez-vous à l'hebdo

Chaque vendredi, recevez ^par email l'actualité des droits humains

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres