Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
L'intérêt financier d'Airbnb dans les colonies israéliennes © JOEL SAGET / AFP

L'intérêt financier d'Airbnb dans les colonies israéliennes © JOEL SAGET / AFP

L'intérêt financier d'Airbnb dans les colonies israéliennes © JOEL SAGET / AFP

Responsabilité des entreprises
Actualité

La volte-face d'Airbnb

Airbnb vient d’annoncer qu’elle ne supprimerait plus systématiquement les annonces situées dans les colonies israéliennes illégales de Cisjordanie. Une véritable honte pour cette entreprise.

La décision d’Airbnb de continuer à autoriser les annonces d’hébergements se trouvant dans des colonies israéliennes illégales en Cisjordanie occupée est une manœuvre répréhensible et lâche qui porte un nouveau coup aux droits humains des Palestiniens.

Hypocrisie de l’entreprise

Cette décision est un renoncement scandaleux de la part d’Airbnb, qui, en tant qu’entreprise, a la responsabilité de respecter le droit international humanitaire et relatif aux droits humains où qu’elle opère dans le monde.

Cela vaut également pour les colonies israéliennes illégales des territoires palestiniens occupés. Cette décision met par ailleurs en lumière l’hypocrisie des déclarations de l’entreprise lorsqu’elle vante son attachement aux droits humains.

Airbnb tente de se décharger de ses responsabilités en affirmant qu’elle reversera les bénéfices de ces annonces à des organisations caritatives, mais cela ne change rien au fait qu’en continuant d’attirer des touristes dans les colonies illégales, elle aide à dynamiser l’économie de ces colonies. Ce faisant, l’entreprise contribue directement au maintien et à l’expansion des colonies illégales.

Lire aussi : Ces entreprises de tourisme impliquées dans les colonies

Retour en arrière

Airbnb avait une occasion franche de prendre la bonne décision en faveur du respect des droits humains et d’utiliser son influence pour établir un précédent dans le secteur du tourisme.

Au lieu de cela, elle a choisi de suivre une politique de l’autruche et de fermer les yeux sur les éléments accablants qui prouvent qu’elle contribue à faciliter des violations qui entraînent d’immenses souffrances pour la population palestinienne.

Le renoncement d’Airbnb montre que nous ne pouvons pas attendre des entreprises qu’elles prennent seules les bonnes décisions. Nous avons besoin que les gouvernements respectent leurs obligations en intervenant et en adoptant des lois qui obligent les entreprises à respecter les droits humains.

TRIPADVISOR DOIT SE RETIRER DES COLONIES ISRAÉLIENNES !

Ensemble, interpellons Stephen Kaufer, PDG de TripAdvisor, car les colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés ne sont pas des sites touristiques.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres