Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sri Lanka. Une résolution du Conseil des droits de l’homme confirme la nécessité de maintenir la surveillance internationale et d’exiger la justice et l’obligation de rendre des comptes

En réaction à la résolution sur le Sri Lanka adoptée jeudi 6 octobre par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, qui renforce et prolonge le mandat du Haut-Commissariat aux droits de l’homme en faveur de l’obligation de rendre des comptes, Dinushika Dissanayake, directrice régionale adjointe pour l’Asie du Sud à Amnesty International, a déclaré :

« L’adoption de la résolution du Conseil des droits de l’homme témoigne de la nécessité de maintenir une surveillance internationale du Sri Lanka. C’est un pas dans la bonne direction, mais beaucoup reste à faire. Le Conseil des droits de l’homme n’a pas répondu aux demandes de la société civile concernant la création d’un mécanisme d’experts qui pourrait traiter l’ensemble des violations des droits humains, y compris celles liées à la grave crise économique et politique que traverse le pays.

La résolution du Conseil des droits de l’homme est un pas dans la bonne direction, mais beaucoup reste à faire

Dinushika Dissanayake, directrice régionale adjointe pour l’Asie du Sud à Amnesty International

« Le gouvernement du Sri Lanka doit respecter les engagements qu’il a pris devant la communauté internationale et garantir le bon fonctionnement des organes de réparation pour les violations des droits humains, tels que la Commission des droits humains du Sri Lanka, le Bureau des personnes disparues, le Bureau des réparations et l’Autorité nationale pour la protection des victimes de crimes et des témoins, entre autres institutions.

« Nous appelons tous les États membres des Nations unies à renforcer l’obligation de rendre des comptes au niveau international, conformément à la recommandation faite par la haute-commissaire aux droits de l’homme dans son rapport, notamment par le biais des enquêtes et des poursuites au titre de la compétence universelle et, lorsque cela est possible, en renvoyant des affaires devant la Cour pénale internationale. »

Complément d’information

La résolution fait suite aux informations accablantes fournies par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), Amnesty International et d’autres entités, qui ont à plusieurs reprises dénoncé des violations des droits humains dans le cadre de la réponse des autorités sri-lankaises à la crise économique, ainsi que la répression des manifestations.

Amnesty International a précédemment fait état de l’impact catastrophique de la crise sur les droits économiques et sociaux de la populationet décrit en détail les violations des droits civils et politiques pendant cette crise.

L’organisation a également adressé une lettre ouverte conjointe aux membres du Conseil des droits de l’homme pour leur enjoindre d’adopter une résolution ferme sur le Sri Lanka afin de renforcer les mandats existants des Nations unies en matière d’obligation de rendre des comptes.

The post Sri Lanka. Une résolution du Conseil des droits de l’homme confirme la nécessité de maintenir la surveillance internationale et d’exiger la justice et l’obligation de rendre des comptes appeared first on Amnesty International.

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Sri Lanka. Il faut prendre des mesures de reprise respectueuses des droits humains afin d’enrayer la spirale de la faim et de la pauvreté

Publié le : 04.10.22

The post Sri Lanka. Il faut prendre des mesures de reprise respectueuses des droits humains afin d’enrayer la spirale de la faim et de la pauvreté appeared first on Amnesty International.

Sri Lanka. Les autorités doivent cesser de réprimer le droit de manifester

Publié le : 08.09.22

Alors que le Sri Lanka connaît une période de crise économique et d’adversité, les autorités ont réprimé avec brutalité les manifestations et diabolisé les manifestant·e·s, écrit Amnesty International...

Sri Lanka. Les autorités ne doivent pas recourir à une loi antiterroriste draconienne pour incarcérer des manifestant·e·s

Publié le : 22.08.22

Réagissant aux informations signalant que Wasantha Mudalige, organisateur de l’Inter University Students’ Federation, Galwewa Siridhamma Thero, organisateur de l’Inter University Bhikku Federation, et...

Sri Lanka. Les violentes attaques contre les manifestant·e·s pacifiques doivent immédiatement cesser

Publié le : 22.07.22

Le nouveau président sri-lankais doit immédiatement mettre fin aux violentes attaques contre les manifestant·e·s pacifiques, a déclaré Amnesty International le 22 juillet après l’attaque menée avant l’aube...

Sri Lanka. Les règlements d’exception ne doivent pas se traduire par un durcissement de la répression contre les droits humains

Publié le : 20.07.22

En réaction à la notification du gouvernement relative aux règlements d’exception publiés en ligne alors qu’un nouveau président a été porté au pouvoir par le vote le 20 juillet 2022 au Sri Lanka, Thyagi...

Sri Lanka. Une résolution du Conseil des droits de l’homme confirme la nécessité de maintenir la surveillance internationale et d’exiger la justice et l’obligation de rendre des comptes - Amnesty International France