Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Côte d’Ivoire. La confirmation par la CPI de l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé est une nouvelle déception pour les victimes des violences postélectorales

Réagissant à la décision de la Cour pénale internationale (CPI) rendue le 31 mars 2021 de confirmer l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, Michèle Eken, chercheuse sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International, a déclaré :

« Les victimes des violences postélectorales de 2010-2011 en Côte d’Ivoire seront une nouvelle fois déçues aujourd’hui, la CPI ayant confirmé l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, ce qui signifie que le tribunal n’a tenu personne responsable pour les crimes atroces commis pendant cette période.

« En outre, le 6 août 2018, le président Alassane Ouattara avait adopté une ordonnance accordant l’amnistie à 800 personnes accusées ou déclarées coupables de crimes liés à la crise de 2010-2011 ou d’autres infractions contre la sûreté de l’État.

« Cela empêche les tribunaux nationaux d’engager des poursuites pour les crimes de droit international ou d’autres graves atteintes aux droits humains perpétrés en 2010-2011 et bafoue les obligations de la Côte d’Ivoire au regard du droit international.

« Que ce soit à l’échelle nationale ou internationale, les victimes des violences de 2010-2011 n’ont toujours pas obtenu justice, pas plus que des réparations pour les préjudices subis. »

Complément d’information

Le 31 mars 2021, la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) a confirmé l’acquittement de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de son ancien ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé.  

Espace journalistes

Contact presse

Pour toute demande d'interview ou recevoir nos communiqués de presse :

+33 1 53 38 66 00

+33 6 76 94 37 05 (soir & week-end)

spresse@amnesty.fr

Sur le même pays

Côte d’Ivoire. L’usage de machettes et d’armes à feu témoigne de l’horreur des violences post-électorales

Publié le : 16.11.20

Les autorités en Côte d’Ivoire doivent enquêter sur l’homicide de dizaines de personnes tuées à coups de fusils, de pistolets et de machettes depuis l’élection présidentielle.

Côte d’Ivoire. Les autorités doivent veiller au respect des droits humains avant, pendant et après l’élection

Publié le : 30.10.20

Réaction d'Amnesty aux actes de violence et aux atteintes aux libertés fondamentales qui ont entaché la campagne électorale en Côte d’Ivoire à l’approche du scrutin du 31 octobre

Côte d’Ivoire. Les violences et la répression des voix dissidentes augmentent à l’approche de l’élection présidentielle

Publié le : 28.08.20

Les autorités ivoiriennes doivent immédiatement prendre des mesures destinées à prévenir les violences y compris celles entre adversaires politiques appartenant à des communautés différentes, et à protéger...

Côte d’Ivoire. La police permet à des hommes armés de machettes d’attaquer des protestataires

Publié le : 18.08.20

Selon un témoignage exclusif obtenu par Amnesty International, à Abidjan, des policiers ont apparemment permis à des groupes d’hommes, qui étaient pour certains armés de machettes et de gros bâtons, d’attaquer...

Côte d’Ivoire. Les autorités doivent garantir le droit à un procès équitable de membres de l’opposition et de leurs proches

Publié le : 10.01.20

Les autorités de Côte d’Ivoire doivent garantir le droit à un procès équitable de membres de l’opposition et de leurs proches qui ont été arrêtés ces deux dernières semaines et veiller à ce que ces personnes...