Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
Alyaksandr Hrynou, été exécuté en octobre 2014 sans que ses parents en soient avertis. Ils ont reçu ses effets personnels dans une simple boite. Il en va de même pour Kiryl Kazachok. © BALAI_Sergei

Alyaksandr Hrynou, été exécuté en octobre 2014 sans que ses parents en soient avertis. Ils ont reçu ses effets personnels dans une simple boite. Il en va de même pour Kiryl Kazachok. © BALAI_Sergei

Alyaksandr Hrynou, été exécuté en octobre 2014 sans que ses parents en soient avertis. Ils ont reçu ses effets personnels dans une simple boite. Il en va de même pour Kiryl Kazachok. © BALAI_Sergei

Peine de mort et torture
Actualité

Quand le Bélarus communique la mort d’un détenu plusieurs mois après

Kiryl Kazachok, un condamné à mort emprisonné au Bélarus a été exécuté en octobre 2017. Cette exécution n’a été révélée que récemment. Elle porte à cinq le nombre connu de condamnés exécutés en 2017 au Bélarus.

En dépit du discours de plus en plus favorable à l’abolition de la peine de mort de la part des autorités, Kiryl Kazachovcela a tout de même été exécuté.

Un traitement inhumain

Au Bélarus, les exécutions ont lieu dans le plus grand secret, sans que les condamnés, leur famille ou leur avocat soient avertis.

Les prisonniers ne sont pas prévenus de l’imminence de leur exécution ; on les fait sortir de leur cellule, on leur dit que le recours en grâce a été rejeté, puis on les oblige à se mettre à genoux et on leur tire une balle dans la nuque. Leur famille n’est informée que plusieurs jours, voire plusieurs semaines, après l’exécution.

Conformément au Code d’application des peines, le corps n’est pas restitué à la famille et le lieu d’inhumation est tenu secret.

Une condamnation unanime

« la façon dont la peine de mort est appliquée au Bélarus constitue de fait un traitement inhumain »

Le  rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l'homme au Bélarus

Cette exécution a été dénoncée par le Conseil de l'Europe et par l’Union européenne. Le Bélarus ne peut pas continuer d’ignorer la dynamique abolitionniste qui existe aux niveaux régional et mondial ni demeurer le seul pays d’Europe et d’ex-Union soviétique à procéder à des exécutions. Six prisonniers restent sous la menace d’une exécution imminente dans ce pays.

 

Rester informé

Recevez nos emails d'information et d'action sur la peine de mort et la torture

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres