Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois

Thaïs, 22 ans : « On peut être fier de ce qu’on fait quand on est membre d’Amnesty, fier de se battre pour une belle et noble cause »

À l'occasion de la Journée internationale des bénévoles et des volontaires, nous vous proposons de partir à la rencontre de nos militants. Comment ont-ils découvert Amnesty ? Pourquoi ont-ils un jour décidé de sauter le pas du militantisme ? Quel est leur espoir le plus fou ou leur plus belle victoire ? Direction Nantes, à la rencontre de Thaïs, 22 ans, membre d’Amnesty depuis 2020.

Qu’est ce qui t’a donné envie de nous rejoindre ?

Les médias nous bombardent de mauvaises nouvelles qui heurtent nos consciences. Elles nous indignent et nous attristent. Je voulais faire en sorte de remplacer les mauvaises nouvelles par des bonnes, en œuvrant pour un monde plus juste. Amnesty s’est imposé comme une évidence. C'est un mouvement international, fiable, sérieux. Son travail de recherche minutieux sur le terrain (informations recoupées et vérifiées par de nombreux experts) lui donne une grande crédibilité. Je voulais lutter aux côtés de ceux qui ont fait le choix de la conscience et de la compassion contre l’indifférence.

Quelle est ta plus belle victoire à nos côtés ?

Il n'y a pas une victoire, il y en a beaucoup ! Et il faut savoir les savourer, autant les petites que les grandes. Par exemple, avec mes camarades militants, on a organisé un die-in – une action pendant laquelle, à un moment précis, tout le monde s’allonge par terre pour simuler un champ de bataille – pour dénoncer l’exportation des armes françaises utilisées contre des civils et pour demander plus de transparence au gouvernement. Les passants s'arrêtaient et nous interrogeaient sur notre action. On a fait signé une pétition pour interpeller nos dirigeants et leur demander d'apporter des réponses à nos questions. Notre victoire, c’est d’avoir pu sensibiliser plusieurs personnes à notre cause, en espérant qu’ils en parleront aussi autour d’eux ensuite !

Quel est ton plus grand espoir pour demain ?

L'avènement d'un monde plus juste, que j’essaye de construire avec Amnesty. Un monde où chaque personne qui subit une injustice sait qu’elle peut compter sur les autres pour l’aider. Un monde plus solidaire, plein de compassion, dans lequel les droits humains sont respectés.

Amnesty International en un mot ?

« Bonheur ». Celui qu’on ressent quand on sait qu’on avance dans la bonne direction. On peut être fier de ce qu’on fait quand on est membre d’Amnesty, fier de se battre pour une belle et noble cause.