Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Plus que jamais, nous avons besoin de vous

Amnesty International est l’une des rares associations à être financée quasi exclusivement par la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Pérou 

les femmes s’unissent contre la pollution aux métaux toxiques

Des femmes récoltent du yuca, © Morgana Vargas Llosa, 2019

À l'occasion de la Journée mondiale de l'environnement, des femmes, défenseures de l’environnement, se battent chaque jour au Pérou pour lutter contre les pollutions aux métaux toxiques. Zoom sur cette bataille déséquilibrée, menée pour le respect du droit à la santé de leur communauté.

- Publié le 06 mai 2020

Au Pérou, des femmes des régions des Andes et d’Amazonie se sont unies dans le but de défendre la santé de leurs familles et de leurs communautés victimes de la pollution aux métaux toxiques. Pour ce faire, elles ont créé la Plateforme nationale des personnes touchées par une exposition aux métaux toxiques, qui a reçu récemment le Prix national péruvien pour les droits humains. Les femmes autochtones, rurales comme urbaines, sont particulièrement concernées par ce combat quotidien, et elles sont aujourd’hui déterminées à mettre fin à la pollution qui nuit à leurs corps, à leurs rivières et à leurs terres. Elles exigent de l’État qu’il établisse les responsabilités et apporte des solutions immédiates. 

Des générations entières victimes des métaux toxiques

Des études menées par le gouvernement ont détecté la présence de métaux toxiques à des taux inquiétants dans les sources d’eau de la province d'Espinar. En apprenant les résultats des tests effectués sur son fils, Carmen a réalisé que cette terrible réalité touchait ce qu’elle avait de plus précieux.

« C’est lorsque j’ai appris la présence de dix-sept métaux toxiques dans l’organisme de mon fils que j’ai décidé de me battre. Je me suis dit que cela ne pouvait plus durer »

Carmen Chambi, dirigeante de la communauté d’Alto Huancané (Espinar)

Sa mère, Melchora Surco, une pionnière de la lutte pour l’accès à la santé dans cette région, s’est même demandé si elle devait continuer de vivre. « Souffrir ainsi me donne envie de mourir », a-t-elle affirmé.

Yolanda Zurita est une dirigeante de La Oroya, une ville de la province de Junín dans les Andes centrales du Pérou. L’organisation Blacksmith Institute a classé cette ville parmi les dix villes les plus polluées du monde. Aujourd’hui, Yolanda encourage les femmes à se battre pour le présent et l’avenir des enfants de leur communauté. Le père de Yolanda a travaillé à la fonderie du complexe métallurgique de La Oroya pendant plus de trente ans, jusqu’en 1992. Selon Yolanda, il a souffert de graves problèmes neurologiques, y compris de crises de convulsions fréquentes. Passer du statut de victime de la pollution à celui de défenseure des droits humains de sa famille et de sa communauté n’a jamais été simple. Elle explique qu’elle a pris la décision de se battre lorsqu’elle a découvert que les effets de l’exposition au plomb étaient irréversibles alors que de nombreux membres de sa communauté en souffrent. « Je me suis dit que mon avenir était déjà perdu mais que désormais j’avais la responsabilité de m’assurer que les générations futures n’aient pas à vivre cela ». 

Le Centre national d’épidémiologie, de prévention et de contrôle des maladies du ministère de la Santé péruvien a recensé les cas de 4 867 Péruviennes et Péruviens ayant été exposés à des métaux lourds. Cependant, ce chiffre est partiel et sous-estime la véritable ampleur des effets de la pollution sur l’eau et sur la santé humaine. Selon la Plateforme nationale des personnes touchées par une exposition aux métaux toxiques, le nombre de personnes exposées quotidiennement à un mélange toxique de polluants chimiques tels que l’arsenic, le cadmium, le plomb et le mercure, entre autres, serait beaucoup plus élevé. 

Ce qui ne fait aucun doute, ce sont les effets de ces métaux sur la santé humaine. Selon l’Organisation mondiale de la santé, une exposition prolongée à ces métaux toxiques peut provoquer différents problèmes de santé chroniques, comme des pertes de mémoire, une infertilité, une perte de vision, du diabète, des maladies hépatiques, des défaillances rénales et des cancers et avoir des conséquences irréversibles sur le développement fœtal. 

Dans leur majorité, les personnes concernées estiment que la responsabilité de cette pollution historique, dangereuse pour la vie des personnes, repose principalement sur l’exécution, dans tout le pays, de mégaprojets de l'industrie extractive principalement liés à l’activité minière et à l’extraction de combustibles fossiles, ainsi que sur l’indifférence du gouvernement.

Investissements et activités à risques pour l’homme et l’environnement

Les chiffres officiels font état de 8 448 « passifs environnementaux » liés à l’activité minière au Pérou. Les « passifs environnementaux » correspondent aux installations minières, aux flux de déchets, aux émissions et aux stocks de déchets dans les mines actives, inactives ou abandonnées qui représentent un risque pour la santé humaine et environnementale. De plus, au cours de ces dernières années, l’oléoduc Norperuano a déversé du pétrole dans les rivières et les cours d’eau du bassin amazonien à de nombreuses reprises. Selon l'Agence de surveillance des investissements dans l'énergie et les mines (OSINERGMIN), 51 déversements provenant de cet oléoduc ont été recensés entre juin 1997 et mars 1998.

Un déversement de ce type s’est produit en janvier 2016. Plus de 3 000 barils de pétrole se sont déversés dans la rivière amazonienne de Chiriaco, puis se sont écoulés jusqu’à la rivière Marañón, sur le territoire du peuple autochtone Awajún, qui représente la deuxième population autochtone au Pérou. Dans une résolution, le ministère de l’Environnement a imputé au pétrole les dommages considérables constatés en termes de santé humaine et au niveau des sources d’eau, de la faune et de la flore dans la zone. Luisa Teets, une dirigeante awajún de la communauté de La Curva à Chiriaco, se souvient bien de la tragédie. Elle a vu comment « le pétrole brut a recouvert complètement le cours d’eau ». Tout comme l’indique la résolution du ministère de l’Environnement, Luisa explique que la pollution a ravagé les cultures vivrières et tué les poissons dont la communauté dépend comme moyen de subsistance. « La pollution a changé la terre. Elle n’est plus fertile, le manioc meurt, il pourrit » dit-elle. « Il en va de même pour les poissons. »

Des défenseures déterminées

Pour nourrir sa famille, Luisa cultive la terre et pêche tous les jours dans la rivière. Depuis qu’elle a été choisie par sa communauté pour incarner le rôle traditionnel dans la société awajún de « mère autochtone », elle n’a cessé de dénoncer les problèmes occasionnés par le déversement. Elle a réussi à faire entendre ses propositions auprès des autorités locales. « Je n’abandonne jamais », affirme-t-elle. Ne jamais abandonner revient notamment à lutter pour que les acteurs responsables de la pollution apportent une réponse et des réparations par rapport aux dommages qu’ils ont occasionnés. À cet égard, la détermination de Flor de María Paraná, une femme autochtone de la communauté kukama de Cuninico, également située dans la région amazonienne, est inébranlable. Elle exige du gouvernement qu’il établisse les responsabilités relatives à la pollution afin qu’elle et les familles de sa communauté n’aient plus à subir la contamination de leur organisme par des métaux toxiques comme s’il s’agissait d’une situation normale.

Lorsque l’été arrive et que la pluie cesse de tomber, Flor doit utiliser l’eau de la rivière pour boire et cuisiner. Des études gouvernementales ont révélé que cette eau contenait des taux élevés de métaux lourds, supérieurs à la limite maximale autorisée aux fins de la consommation humaine. « Nous empoisonnons nos propres enfants », dit-elle. La pollution des sources d’eau traditionnelles est un problème majeur qui reste sans solution pour de nombreuses communautés. 

Flor de Maria Parana (Kat Goicochea, 2017)

 Flor de Maria Parana, © Kat Goicochea, 2017

Face à un État lui-même toxique

En 2017 déjà, nous avions tiré la sonnette d’alarme en publiant un rapport sur la situation à Cuninico et à Espinar qui concluait que l’État péruvien avait violé le droit à la santé des habitants de ces communautés. Nous avions ainsi appelé l’État à offrir une prise en charge médicale spécialisée aux personnes touchées par la pollution aux métaux toxiques. Nous avions également exhorté le gouvernement à enquêter pour établir les causes de la pollution des sources d’eau dans ces communautés et à publier ses conclusions, afin d’ouvrir la voie à l’adoption de mesures d’urgence visant à garantir que ces populations ne soient plus contraintes de consommer une eau polluée. D’autres organisations ont mené des travaux similaires. Plusieurs organisations de défense des droits humains et des établissements universitaires ont étudié et documenté les effets de l’exposition aux métaux lourds sur la santé et sur les sources d’eau. Les conclusions convergent : l’exposition aux métaux toxiques a des conséquences désastreuses sur la santé humaine, et, à ce jour, l’État n’a pas rempli son obligation de dispenser des traitements complets et adaptés aux personnes exposées à ces polluants. 

Cuninico Demands Health written in the sand (Daniel Martinez Quintanilla, 2017)

On peut lire sur le sable "Cuninico exige le droit à la santé", © Daniel Martinez Quintanilla, 2017

Sensibiliser et obtenir des changements 

Dans ce contexte, la Plateforme nationale des personnes touchées par une exposition aux métaux toxiques a été créée en 2017 et est soutenue par des organisations sociales et de défense de droits humains, dont Amnesty International. La Plateforme a joué un rôle crucial dans la sensibilisation et la recherche de solutions aux graves problèmes de santé auxquels sont confrontés des milliers de Péruviens et Péruviennes. La Plateforme, qui représente les personnes touchées de douze régions du Pérou, demande la mise en œuvre effective d’une politique et d’un plan à l’échelle nationale afin de répondre aux problèmes liés à la santé humaine et environnementale dus aux métaux toxiques. La plateforme appelle également à la création de toute urgence d'une commission multisectorielle de haut niveau qui fasse de ce grave problème une priorité. 

Les efforts d’organisation entrepris ont abouti à des accomplissements importants. Avant la création de la Plateforme, de nombreuses communautés touchées par la pollution devaient affronter seules cette lutte sans fin visant à obtenir une aide. Désormais, ces communautés ne sont plus isolées : elles ont renforcé leurs liens et ont gagné en autonomie par l'échange d'expériences, le renforcement des capacités et un travail de plaidoyer auprès des autorités et des médias. Elles obtiennent déjà des changements politiques et ont réussi à faire de leur cause une question centrale au sein de la politique nationale. En 2018, le ministère de la Santé a adopté un cadre pour une politique nationale visant à offrir un traitement aux personnes exposées aux métaux lourds dans tout le Pérou, une première dans le pays. En octobre 2019, le gouvernement s’est engagé à créer la commission multisectorielle demandée par la Plateforme. Cependant, malgré ces avancées importantes, les sources de pollution existent toujours, des milliers de personnes continuent d’être exposées au quotidien à des polluants toxiques et sont privées d’accès à l’eau potable. Pour la Plateforme, le combat continue. 

A theatre collective performs outside the Ministry of Health as Amnesty International hands in a petition with over 32,000 signatures in support of the Platform's demands (Amnesty International, 2018) - 2.JPG

Une performance théâtrale a lieu devant le Ministère de la Santé alors qu'Amnesty International remet une pétition, © Amnesty International, 2018

De nouvelles perspectives pour le respect des droits

Les témoignages, les condamnations de cette situation et les propositions de Carmen, Melchora, Flor de María, Luisa, Yolanda et de nombreuses autres femmes ont été déterminants afin d’exercer une pression sur les autorités pour qu’elles prennent des mesures sans délai, de mobiliser des milliers de personnes pour défendre leurs droits et d’inscrire à l’ordre du jour dans le débat public ce grave problème de santé publique, jusqu’alors systématiquement ignoré par les autorités. « Les membres [de ma communauté] m’ont accordé leur confiance », a déclaré Teresa Cuñachi, une femme autochtone awajún, originaire de Bagua dans la région amazonienne, une zone qui a également fortement souffert suite à des déversements d’hydrocarbures.

« Forte d’une grande détermination, je suis ici aujourd’hui pour vous dire que nous allons y arriver. J’ai fait cette promesse à mon peuple : je me battrai jusqu’au bout. S’il le faut, je donnerai ma vie pour défendre ma terre, mon eau ». 

Teresa Cuñachi, une femme autochtone Awajún

Se battre pour défendre l’environnement, la terre et le territoire au Pérou a un prix élevé : diffamation, menaces, criminalisation, entre autres, sont monnaie courante. En 2017, nous avions documenté le recours à ces pratiques dans un rapport intitulé A Recipe for Criminalization: Defenders of the environment, territory and land in Peru and Paraguay. Elles n’ont cependant pas entamé la détermination de ces femmes. À mesure que leur combat pour le droit à la santé, à l’eau potable et à un environnement sain prend de l’ampleur, il devient de plus en plus gênant pour les autorités nationales qui négligent souvent les communautés éloignées de la capitale. Avec cette plateforme, elles ont créé un nouvel ordre du jour intégrant une perspective de genre et des revendications pour une participation plus importante des femmes dans les prises de décision. Comme le révèlent leurs témoignages, ce sont elles qui sont le plus touchées par la pollution et qui assument la responsabilité de nourrir et de prendre soin de leurs familles. 

Les représentants au plus haut niveau du ministère de la Santé et de la présidence du Conseil des ministres ont connaissance de cette réalité car des femmes de la Plateforme ont réussi à se présenter devant les autorités afin de leur faire part directement de leur situation. Elles ne permettront pas que ces réunions n’aboutissent qu’à des accords, des photos et des promesses sur le papier. « Nous sommes ici pour exiger des résultats », a déclaré Carmen. Pour elles, c’est une question de vie ou de mort. Et elles savent mieux que quiconque ce qui doit être fait. 

Melchora Surco speaking at the inaugural press conference of the National Platform of People Affected by Toxic Metals, where they presented their demands for the State for the first time (Amnesty International, 2018)

Melchora Surco prend la parole à la conférence de presse de la Plateforme nationale des personnes touchées par une exposition aux métaux toxiques, © Amnesty International, 2018

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres