Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Actualité

10 jours pour signer : les situations

Cette année encore, nous lançons l'opération 10 jours pour signer. Le but ? Mobiliser des personnes pour la défense des droits de dix autres personnes autour du 10 décembre, journée internationale des droits de l’homme.

Jani Silva

Colombie

À 57 ans, Jani Silva a consacré sa vie à la défense de l’environnement et des petits paysans du Putumayo, en Colombie. Parce qu’elle défend la forêt amazonienne, les droits des paysans et la paix dans son pays, elle risque sa vie. Menacée de mort en 2017, elle a été contrainte de fuir son domicile avec sa famille mais le danger persiste.

Germain Rukuki

Burundi

Parce qu'il militait notamment pour l'abolition de la torture, Germain Rukuki a été arrêté en juillet 2017 et reconnu coupable de fausses accusations, telles que « rébellion » et « atteinte à la sécurité de l'État ». Emprisonné depuis à la prison surpeuplée de Ngozi, dans le nord du Burundi, il n'a jamais pu rencontrer son plus jeune fils âgé de 3 ans.

Popi Qwabe et Bongeka Phungula

Afrique du Sud

Ces deux jeunes étudiantes ont été tuées par balle et leurs corps abandonnés au bord d’une route une nuit de mai 2017. Depuis leur assassinat, leurs familles cherchent des réponses. Trois ans après les faits, elles font face à une enquête de police entachée d’irrégularités et à une absence totale d’avancées.

Paing Phyo Min

Myanmar

Arrêté avec d'autres camarades suite à un spectacle poétique où ils se moquaient de l’armée, Paing Phyo Min a été condamné à 6 ans d’emprisonnement. Il est accusé d’« incitation », délit qui sanctionne le fait d’encourager les membres des forces armées à manquer à leur devoir, et de « diffamation en ligne », des images du spectacle ayant été diffusées sur Internet.

Gustavo Gatica

Chili

Lors d'une manifestation contre la montée des inégalités, Gustavo Gatica a perdu la vue, à seulement 21 ans, suite au tir d'une balle en caoutchouc par la police. Malgré une enquête, ceux qui ont autorisé l’attaque au cours de laquelle il a été blessé restent impunis. « J’ai donné mes yeux pour que le peuple puisse ouvrir les siens », a-t-il déclaré.

Nassima al Sada

Arabie saoudite

Parce qu'elle a milité pour les droits de la minorité chiite et les droits des femmes, notamment pour la suppression du système de tutelle masculine qui impose aux femmes d'obtenir la permission d'un tuteur pour toutes les décision importantes de leur vie, Nassima al Sada a été arrêtée et placée à l’isolement durant un an, où elle a subi des mauvais traitements. Toujours emprisonnée, elle ne reçoit aucune visite, même de son avocat.

Khaled Drareni

Algérie

Journaliste indépendant, Khaled Drareni a été inculpé alors qu'il couvrait une des manifestations du mouvement Hirak, mouvement pacifique qui réclame plus de démocratie. Il a été condamné en appel à deux ans de prison ferme pour « incitation à un attroupement non armé » et « atteinte à l’intégrité du territoire national ».

Les trois jeunes du El Hiblu 1

Malte

Pour avoir servi d'interprète à des migrants et réfugiés refusant que le pétrolier « El Hiblu 1 », qui venait de les sauver du naufrage, les ramène en Libye où ils risquaient la torture, 3 jeunes de 15 à 19 ans ont été arrêtés dès leur arrivée dans les eaux territoriales de Malte. Accusés d'avoir pris de force le contrôle du bateau, ces 3 jeunes risquent la prison à vie.

Le groupe Solidarité LGBTI+ de l’université ODTÜ

Turquie

Fondé en 1996, le groupe Solidarité LGBTI+ de l’Université technique du Moyen-Orient (ODTÜ) organise chaque année depuis 2011 une marche des fiertés. En mai 2019, l’université a interdit la marche et fait disperser un sit-in pacifique par la police. Aujourd'hui, 18 étudiants et un enseignant sont poursuivis en justice, et certains d’entre eux risquent jusqu’à 3 ans de prison.

Idris Khattak

Pakistan

Idris Khattak recueillait des informations sur les disparitions forcées au Pakistan pour Amnesty International et d'autres ONG défendant les droits humains, quand il a à son tour disparu en novembre 2019. Suite à des mois de campagne et aux appels publics de sa fille, les autorités ont reconnu le détenir. Soupçonné d’avoir enfreint la loi sur les secrets d’État, il est passible de la peine de mort.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres