Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Agir

Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour continuer

Amnesty International est une des rares associations à financer l’essentiel de ses actions grâce à la générosité de ses membres et donateurs. Nous ne pouvons plus mener à bien certaines de nos opérations de collecte de fonds, mais vous pouvez continuer à nous soutenir en ligne.

Kamel Daoudi, 2018 © Amnesty International

Kamel Daoudi, 2018 © Amnesty International

Kamel Daoudi, 2018 © Amnesty International

Actualité

Un an de prison pour 30 minutes de retard : l’acharnement contre Kamel Daoudi 

Le tribunal d’Aurillac a prononcé hier la condamnation de Kamel Daoudi à un an de prison ferme avec mandat de dépôt. Kamel Daoudi comparaissait pour un retard de 30 minutes au couvre-feu auquel il est astreint par son assignation à résidence.

Une assignation à résidence qui dure depuis 12 ans et que les autorités françaises ne justifient plus depuis longtemps. Une assignation à résidence qui s’apparente à une privation arbitraire de libertés depuis de nombreuses années, et qui empêche cet homme de vivre auprès de ses enfants et de sa femme.  

« En rendant sa décision, le tribunal d’Aurillac a condamné un homme à qui on n’a plus rien à reprocher, si ce n’est d’avoir cuisiné pour une soirée amicale. À l’acharnement des autorités s’ajoute une décision judiciaire hors de proportion » a déclaré Nicolas Kramayer, notre responsable du programme Libertés.  

En mai 2019, pour des faits similaires, le tribunal de Saintes avait, au contraire, estimé qu’en l’absence de justification par les autorités de son assignation à résidence administrative, il ne pouvait estimer la proportionnalité de l’assignation à résidence qui lui était imposée et l’avait donc relaxé. 

À lire aussi  : Kamel Daoudi ou les dérives de la lutte contre le terrorisme

Nous demandons aux autorités françaises que Kamel Daoudi soit libéré de cette assignation à résidence et puisse vivre dignement. 

Rappel des faits 

Kamel Daoudi a été libéré en 2008 à l’issue d’une peine pour « association de malfaiteurs en relation avec un projet d’attentat terroriste ». Il a été assigné à résidence dès sa sortie de prison, en vue de son expulsion vers l’Algérie. 

La Cour européenne des Droits de l’homme a interdit son expulsion au vu des risques de torture qu’il y encourt. Depuis 2008, Kamel Daoudi est assigné sur le périmètre de sa commune de résidence choisie par les autorités, soumis à des mesures de pointage au commissariat et à un couvre-feu quotidiens. Depuis 2016, les autorités françaises l’ont transféré dans plusieurs lieux d’assignation à résidence, loin de sa femme et de ses enfants. 

Le 20 décembre 2018, Kamel Daoudi était jugé à Saintes pour deux retards mineurs à ses obligations de pointage et de couvre-feu. Le 16 mai 2019, le tribunal l’a relaxé, au motif notamment que les mesures de l’assignation n’avaient pas été justifiées ni étayées par le Ministère de l’intérieur et le ministère public.  

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres