Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
ran Huynh Duy Thuc
Liberté d'expression

Libération pour Tran Huynh Duy Thuc

Tran Huynh Duy Thuc doit être libéré

Tran Huynh Duy Thuc, entrepreneur et blogueur de 54 ans au Viêtnam, a souhaité agir en faveur de réformes sociales et économiques dans le pays. Pour de simples écrits, il a été condamné le 20 janvier 2010 par le tribunal de Hô-Chi-Minh-Ville à 16 ans de prison suivis de 5 ans d’assignation à résidence pour « subversion ». Depuis sa prison, il continue à défendre les droits humains au Viêtnam. Il est considéré par Amnesty International comme un prisonnier d’opinion.

En mai 2018, il a demandé à la Cour suprême populaire du Viêtnam une remise de peine basée sur une nouvelle approche de l’article 63 du Code pénal 2015 qui réduit les peines de prison relatives aux crimes de sécurité nationale. N’ayant pas reçu de réponse à sa requête, il a entamé depuis novembre 2020 plusieurs grèves de la faim.

Lettre à envoyer :

Monsieur le Président,

Tran Huynh Duy Thuc, entrepreneur et blogueur de 54 ans au Viêtnam, a souhaité agir en faveur de réformes sociales et économiques dans le pays. Pour de simples écrits, il a été condamné le 20 janvier 2010 par le tribunal de Hô-Chi-Minh-Ville à 16 ans de prison suivis de 5 ans d’assignation à résidence pour « subversion ». Depuis sa prison, il continue à défendre les droits humains au Viêtnam. Il est considéré par Amnesty International comme un prisonnier d’opinion.

En mai 2018, il a demandé à la Cour suprême populaire du Viêtnam une remise de peine basée sur une nouvelle approche de l’article 63 du Code pénal 2015 qui réduit les peines de prison relatives aux crimes de sécurité nationale. N’ayant pas reçu de réponse à sa requête, il a entamé depuis novembre 2020 plusieurs grèves de la faim.

En tant que membre et sympathisant(e) d’Amnesty International, je vous demande de faire en sorte que les autorités accordent à Tran Huynh Duy Thuc une libération immédiate et inconditionnelle. Il est condamné uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression, inscrit dans l’article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, traité ratifié par le Viêtnam.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes meilleures salutations.

 

Destinataires

Monsieur le Président de la République socialiste du Viêtnam

 Nguyễn Xuân Phúc

Số 2, Hùng Vương, Ba Đình,

 Hà Nội, 10020, Việtnam.

 

Copie à :

Son Excellence Monsieur Nguyen Thiep

Ambassadeur du Viêtnam

61, rue de Miromesnil

75008 Paris

info@ambassade-vietnam.fr

Si vous recevez des réponses à vos lettres de la part des autorités du pays, renvoyez-les à bappuialaction@amnesty.fr.

Cette action fait partie des "appels mondiaux". Chaque mois, Amnesty International vous propose d'envoyer trois lettres, par courrier postal, aux autorités compétentes, pour faire valoir les droits de personnes victimes d'injustice aux quatre coins du globe. Ces "appels mondiaux" sont publiés également dans la rubrique "Interpeller" du mensuel La Chronique.

Notre action conjointe est-elle efficace ? Oui ! Découvrez des dizaines d'exemples de ce que nous pouvons accomplir ensemble dans notre rubrique "Nos victoires".