Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 34
Les neufs de Bhima Koregaon

Les neufs de Bhima Koregaon

Les neufs de Bhima Koregaon

Interpeller les autorités

Liberté pour les neufs de Bhima Koregaon en Inde

Neuf défenseurs indiens des droits humains ont été arrêtés en 2018 dans le cadre d'une répression. Exigez leur libération !

En 2018, dans le cadre de vastes mesures de répression contre les défenseurs des droits humains en Inde, neuf militantes et militants de premier plan - Sudha Bharadwaj, Shoma Sen, Surendra Gadling, Mahesh Raut, Arun Ferreira, Sudhir Dhawale, Rona Wilson, Vernon Gonsalves et Varavara Rao - ont été arrêtés. La police affirme que ces neuf personnes sont impliquées dans des violences qui ont éclaté entre dalits (opprimés) et nationalistes hindous dans le Maharashtra, en Inde.

Après leur arrestation, une campagne de diffamation a été lancée contre ces personnes. Le gouvernement prétend qu'il s’agit d’« antinationaux » qui travaillent contre les intérêts du pays. Mais les communautés au sein desquelles ces militants mènent leurs activités sont d’un tout autre avis. Les « neuf de Bhima Koregaon » sont, pour beaucoup, des héros nationaux qui luttent courageusement en faveur des droits des personnes les plus marginalisées en Inde.

Ils ont été inculpés au titre de la Loi relative à la prévention des activités illégales, une loi antiterroriste draconienne souvent utilisée pour faire taire les personnes critiques à l’égard des autorités. Amnesty International estime que leur arrestation est motivée par des considérations politiques et vise à décourager la dissidence pacifique.

Pourquoi maintenant ?

Un nouveau gouvernement a été formé dans le Maharashtra à l’issue d’élections en septembre. Il est donc essentiel de maintenir la dynamique de cette campagne et de renforcer la pression sur les autorités indiennes afin qu'elles libèrent sans délai ces neuf militantes et militants.

Ces dernières années, la société civile a constaté une tendance croissante à la diabolisation et à la criminalisation de celles et ceux qui, au sein d’organisations comme à titre individuel, s’élèvent contre les violations des droits fondamentaux des communautés les plus pauvres et les plus marginalisées de l'Inde. Il incombe aux autorités de prendre des mesures de toute urgence pour donner un coup d’arrêt à cette tendance.

Par conséquent, il est essentiel de faire passer le message suivant : si l'Inde veut être considérée comme une véritable puissance mondiale, le nouveau gouvernement indien doit veiller à ce que la dissidence et les appels en faveur de la justice et de l’obligation de rendre des comptes ne donnent pas lieu à des sanctions.

Monsieur le Premier ministre,

En 2018, dans le cadre d’une vaste répression contre les défenseurs des droits humains, neuf militantes et militants de premier plan ont été arrêtés : Sudha Bharadwaj, Shoma Sen, Surendra Gadling, Mahesh Raut, Arun Ferreira, Sudhir Dhawale, Rona Wilson, Vernon Gonsalves et Varavara Rao. Selon la police ils seraient impliqués dans des violences ayant éclaté entre dalits (anciennement appelés les intouchables) et nationalistes hindous dans le Maharashtra. Victimes d’une campagne de diffamation lancée contre eux, les « neuf de Bhima Koregaon » sont pourtant, aux yeux de nombreux Indiens, des héros luttant courageusement en faveur des droits des personnes les plus marginalisées en Inde.

Ils ont été inculpés au titre de la Loi relative à la prévention des activités illégales, une loi antiterroriste souvent utilisée pour faire taire les personnes critiques à l’égard des autorités. En tant que membre/sympathisant(e) d’Amnesty International, je vous demande la libération de ces personnes et de veiller à ce que les défenseures et défenseurs des droits humains, les journalistes, les universitaires et les membres de l'opposition politique puissent exercer pacifiquement leurs droits à la liberté d'expression et d'association.

Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma haute considération.

Destinataires

Premier ministre de l'Inde

Narendra Modi

Prime Minister’s Office

South Block, Raisina Hill

New Delhi 110011

__

Copie à : Ambassade de l'Inde

M. Vinay Mohan Kwatra

13-15 Rue Alfred Dehodencq

75016 Paris

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres