Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Shafiqul Islam Kajol

Shafiqul Islam Kajol

Shafiqul Islam Kajol

Liberté d'expression
Interpeller les autorités

Libérez Shafiqul Islam Kajol

Shafiqul Islam Kajol, photographe et rédacteur en chef d’un journal bangladais, risque d’être maintenu en détention provisoire pour une durée indéterminée au titre des dispositions draconiennes de la Loi sur la sécurité numérique.

Shafiqul Islam Kajol, photographe et rédacteur en chef d’un journal bangladais, risque d’être maintenu en détention provisoire pour une durée indéterminée au titre des dispositions draconiennes de la Loi sur la sécurité numérique. Selon les informations dont dispose Amnesty International, il aurait été soumis à une disparition forcée le 10 mars 2020, alors qu’il quittait la rédaction de son journal ; au moins trois hommes non identifiés ont été vus en train de s’approcher de la moto du journaliste stationnée devant la rédaction pour la trafiquer, juste avant qu’on l’ait vu démarrer la moto et quitter les lieux.

Shafiqul Islam Kajol semble être détenu uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression. C’est un prisonnier d’opinion, qui doit être libéré immédiatement et sans condition. Par ailleurs, les autorités bangladaises doivent enquêter sur les allégations selon lesquelles il a été soumis à une disparition forcée.

Pourquoi maintenant ?

Le 11 août 2020, Shafiqul Islam Kajol passera le sinistre cap des 100 jours en détention.

La prison centrale de Dacca (upazila [sous-district] de Keraniganj), où est incarcéré cet homme, abrite 10 000 détenus alors qu’elle est prévue pour accueillir 4 097 personnes. L’administration pénitentiaire a indiqué ne pas être en mesure de placer en quarantaine les nouvelles personnes incarcérées, qui risquent d’avoir été exposées au COVID-19. Au lieu de réduire la population carcérale à des fins de protection contre la propagation de la pandémie de COVID-19, les autorités exposent au virus Shafiqul Islam Kajol et d’autres personnes, emprisonnés pour le simple fait d’avoir exercé leur droit à la liberté d’expression.septembre et jusqu’à la fin de l’année.Josina à tous les moyens de recours utiles.

Lettre à envoyer :

Madame la Première Ministre,

Shafiqul Islam Kajol, photographe et rédacteur en chef d’un journal bangladais, risque d’être maintenu en détention provisoire pour une durée indéterminée au titre des dispositions draconiennes de la Loi sur la sécurité numérique. Selon les informations dont dispose Amnesty International, il aurait été soumis à une disparition forcée le 10 mars 2020, alors qu’il quittait la rédaction de son journal. Au moins trois hommes non identifiés ont été vus en train de s’approcher de sa moto stationnée devant la rédaction pour la trafiquer, juste avant qu’on l’ait vu démarrer la moto et quitter les lieux.

Shafiqul Islam Kajol semble être détenu uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression. C’est un prisonnier d’opinion, qui doit être libéré immédiatement et sans condition. Par ailleurs, les autorités bangladaises doivent enquêter sur les allégations selon lesquelles il a été soumis à une disparition forcée. En tant que membre, sympathisant(e) d’Amnesty International, je vous demande d’ordonner au ministre de l’Intérieur et au ministre du Droit, de la Justice et des Affaires parlementaires de relâcher Shafiqul Islam Kajol immédiatement et sans condition, et de clore toutes les enquêtes ouvertes contre lui. Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Madame la Première ministre, l’expression de ma haute considération.

Destinataires

Première ministre du Bangladesh – Mme Sheikh Hasina

Ms. Sheikh Hasina, MP

Prime Minister’s Office

Old Sangsad Bhaban

Tejgaon

Dhaka-1215

Fax : +88-02-55029418

Courriel : ps1topm@pmo.gov.bd / psecy@pmo.gov.bd

Si vous recevez des réponses à vos lettres de la part des autorités du pays, renvoyez-les à bappuialaction@amnesty.fr.

Cette action fait partie des "appels mondiaux". Chaque mois, Amnesty International vous propose d'envoyer trois lettres, par courrier postal, aux autorités compétentes, pour faire valoir les droits de personnes victimes d'injustice aux quatre coins du globe. Ces "appels mondiaux" sont publiés également dans la rubrique "Interpeller" du mensuel La Chronique.

Notre action conjointe est-elle efficace ? Oui ! Découvrez des dizaines d'exemples de ce que nous pouvons accomplir ensemble dans notre rubrique "Nos victoires".

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres