Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
© Rafael Henrique - SOPA Images/Sipa USA via Reuters

© Rafael Henrique - SOPA Images/Sipa USA via Reuters

Liberté d'expression

COP 27 en Égypte : Trois messages à faire passer pendant la conférence sur le climat

La COP27 a lieu en Égypte  : un moment clé à saisir pour que des actions ambitieuses soient prises face à l’urgence climatique et pour mettre un coup de projecteur sur les violations des droits humains en Egypte. Parce que c’est de notre avenir à toutes et tous dont il s’agit, mobilisons-nous ! 

Cette action de mobilisation est terminée. Merci à toutes les personnes qui ont participé. Voici ce qu’il faut retenir de cette COP africaine concernant le climat. 👇

Bilan COP 27 : quelles avancées sur le climat ?  

La 27ème Conférence de l’ONU sur les changements climatiques, organisée en Égypte, s’est clôturée le 20 novembre. Voici ce qu’il faut retenir.

Avancée  

Les 196 pays réunis à Charm El-Cheikh pour la COP27 ont décidé de créer un fonds sur les « pertes et dommages », pour compenser les dégâts irréversibles déjà causés par le changement climatique dans les pays les plus vulnérables à celui-ci, et qui y ont le moins contribué. La création d’un fonds dédié est le résultat d'une position unie présentée par les pays du Sud et d'une campagne de longue haleine menée par un large éventail d’organisations. Elle envoie une lueur d'espoir à toutes celles et à tous ceux dont les droits humains sont bafoués par le changement climatique. Bien que la route soit encore longue avant que les victimes de violations des droits humains, permises ou accélérées par le changement climatique n’accèdent à une véritable compensation financière, cette décision met en marche un processus visant à réparer les injustices historiques. Il appartient maintenant aux pays industrialisés d'agir, et de s’accorder, afin de faire en sorte que le fonds soit doté de ressources suffisantes et qui aillent aux pays les plus affectés.

Recul 

Grande déception de cette COP : les négociations n’ont pas permis d’aboutir à des engagements vitaux sur l’élimination progressive de tous les combustibles fossiles, principaux moteurs de la crise climatique.

Les nombreuses demandes d’organisations de la société civile et d’États, visant à obtenir un accord sur l'élimination progressive de tous les combustibles fossiles n'ont pas obtenu gain de cause face aux puissants lobbies des industries pétro-gazières présents à la COP27, à l'opposition flagrante des pays producteurs et à la position ambiguë de certains pays industrialisés.

Les États réunis à Charm El-Cheikh ont seulement réitéré l'engagement pris lors de la Conférence de l’ONU sur les changements climatiques de l'année dernière, à savoir « accélérer les efforts en vue de l'élimination progressive de l'énergie au charbon toujours aussi intensive et des subventions inefficaces en faveur des énergies fossiles. »

Charm El-Cheikh, à 500 km au sud du Caire : c’est ici qu'a lieu la 27ème conférence des Nations unies sur le climat. Pendant que les chefs d’Etats se rencontre dans cette ville balnéaire, autour de grandes réceptions sur tapis rouge, l’Amazonie continuera de brûler et des milliers de prisonniers et de prisonnières d’opinion continueront de croupir dans les prisons égyptiennes.

Face à l’urgence, nous ne pouvons plus nous contenter de diplomatie silencieuse. Nous attentons de la France, présente en Égypte pour la 27ème conférence des Nations unies sur le climat, qu’elle se montre à la hauteur des enjeux. Nous vous proposons donc d'interpeller Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique en France et Catherine Colonna, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.  

Les 3 messages :  

Sur l’urgence climatique

Sur la situation désastreuse des droits humains en Égypte 

Sur la répression du droit de manifester en Égypte  

MESSAGE 1 : L’URGENCE CLIMATIQUE

La COP 26 a été un échec pour le climat. Cette COP 27 doit être déterminante pour notre avenir. Les États doivent parvenir à maintenir le réchauffement climatique en  deçà de 1,5°, éliminer progressivement tous les combustibles fossiles. La transition doit être rapide et se tourner vers des solutions énergétiques renouvelables qui ne mettent pas davantage en péril les droits humains. Chaque jour, nous constatons les catastrophes causées par le réchauffement climatique. Les inondations au Pakistan qui ont causé la mort de nombreuses personnes  est l’un des derniers drames en date. Il rappelle aux pays riches la nécessité de fournir une indemnisation pour les pertes et dommages (pertes et préjudices) qu’ils engendrent. Car ce sont les pays industrialisés qui portent la plus grande part de responsabilité dans le réchauffement climatique, pas les pays les moins développés. Pourtant, ils en sont les premières victimes. 

Agir

Tweet d’interpellation. 👇

Les pays industrialisés, à l'origine du réchauffement climatique, refusent d’en porter la responsabilité...

Pourtant, les pays impactés ont besoin de financements.

@AgnesRunacher @MinColonna @stephanecrouzat soutenez la demande d’indemnisation pour les pertes et dommages !

MESSAGE 2 : ALERTE SUR LA SITUATION DES DROITS HUMAINS EN ÉGYPTE  

Lire aussi : Avant la COP 27, comment les autorités égyptiennes redorent leur image à l'international

Pour redorer son image à l’international, les autorités égyptiennes ont mis en place des stratégies que l’on pourrait qualifier de «human rights washing » en amont de la COP 27. Ne soyons pas dupes. L’Égypte traverse une crise profonde des droits humains : des milliers de personnes sont emprisonnées arbitrairement, les journalistes sont muselés, des personnes sont arrêtées pour un simple post critique sur les réseaux sociaux… Alors, pour eux, pour elles, pour le respect des droits humains, il est de notre devoir de profiter de ce coup de projecteur porté sur l’Égypte pendant la COP27 pour mettre en lumière la répression implacable des autorités contre la société civile.

Agir

Tweet d’interpellation. 👇

La COP 27 ne doit pas faire oublier la crise des droits humains qui sévit en Égypte.

@MinColonna @AgnesRunacher, vous qui représenterez la France, interpellez vos homologues égyptiens pour :

>La fin de la répression

>La libération des personnes détenues arbitrairement

MESSAGE 3 : La société civile égyptienne en difficulté pour manifester

En Égypte, c’est tolérance zéro pour les manifestations. Des lois restreignent le droit de manifester, les forces de sécurité répriment avec violence les manifestants et les manifestantes et procèdent à des arrestations à tout va. Dans le cadre de leur stratégie de « human rights washing » pendant la COP 27, les autorités égyptiennes ont annoncé qu’elles n’autoriseraient les manifestations que dans des zones bien délimitées. Une restriction à la liberté de réunion pacifique qui s’ajoute à la crainte pour la société civile de ne pouvoir participer à de tels rassemblements, par peur de poursuites et de   représailles , une fois la COP passée. Nous devons donc soutenir la société civile égyptienne et appeler les États présents à la COP à prendre sérieusement en considération le droit de manifester en Égypte. Car la mobilisation du public et les manifestations font partie intégrante des conférences de l’ONU sur le climat. 

Agir

Tweet d’interpellation. 👇

COP 27 : Des militants égyptiens ont peur de manifester.

@MinColonna @AgnesRunacher, vous qui représenterez la France, exhortez les autorités égyptiennes à :

>Assurer la participation sûre de la société civile à la COP 27

>Mettre fin aux restrictions du droit de manifester

3 messages à faire passer pendant la COP 27 en Égypte - Amnesty International France