Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Arash Sadeghi (droite), en compagnie de Golrokh Ebrahimi Iraee © Privé

Arash Sadeghi (droite), en compagnie de Golrokh Ebrahimi Iraee © Privé

Arash Sadeghi (droite), en compagnie de Golrokh Ebrahimi Iraee © Privé

Interpeller les autorités

Iran : Défendez le droit d'Arash Sadeghi aux soins médicaux

Il est derrière les barreaux depuis 2016 pour avoir défendu pacifiquement les droits humains. Les soins médicaux lui sont refusés, alors qu'il est atteint d'une forme rare de cancer. Aidez-le, interpellez les autorités iraniennes.

Arash Sadeghi est emprisonné depuis juin 2016 et purge deux peines distinctes, représentant au total 19 ans de prison. Il est ainsi sanctionné pour son action pacifique en faveur des droits humains, en particulier pour avoir été en relation avec Amnesty International et lui avoir fourni des informations sur la situation des droits humains en Iran.

Le jugement du tribunal a cité plus de 50 activités pacifiques de défense des droits humains à titre de « preuves » de l’implication d’Arash Sadeghi dans des « actions contre la sécurité nationale », la plupart de ces activités étant liées à la diffusion d’informations sur des atteintes aux droits humains.

L’état de santé d’Arash Sadeghi s’est considérablement détérioré en prison. Il souffre notamment de problèmes digestifs, rénaux, respiratoires et d’arythmie cardiaque depuis sa grève de la faim de 71 jours commencée en janvier 2017.

Ces problèmes de santé ont été exacerbés par le refus constant du ministère public de l’hospitaliser à l’extérieur de la prison alors que des médecins ont indiqué à plusieurs reprises qu’il avait besoin de soins spécialisés de long terme dans un hôpital.

Au cours des 20 derniers mois, il a en outre souffert de douleurs persistantes au coude et aux épaules. Cependant, au lieu de l’examiner, l’infirmerie de la prison lui a simplement prescrit des anti-inflammatoires.

Il a enfin pu faire une radiographie et une IRM (imagerie par résonance magnétique) en mai 2018. Les examens ont alors révélé un sarcome osseux, forme rare de cancer. Les médecins ont indiqué qu’il devait être transféré immédiatement hors de la prison vers un hôpital spécialisé dans le traitement des cancers.

Information importante :

Merci de ne pas envoyer de message à teneur religieuse. Veuillez ne pas mentionner Amnesty International sur la partie extérieure des enveloppes ou des cartes. Une adresse de retour peut être renseignée.

Le compte Twitter d’Arash Sadeghi est @arashsadeghi18.

Pourquoi maintenant ?

Il est confirmé qu’Arash Sadeghi, prisonnier d’opinion et défenseur des droits humains, est atteint d’un sarcome osseux, une forme rare de cancer qui se développe souvent dans les os des bras et des jambes. Il a besoin d’être immédiatement transféré hors de la prison vers un hôpital spécialisé dans le traitement des cancers. Mais les autorités ont jusqu’à présent refusé ce transfert.

Message à envoyer :

Monsieur de Procureur général

Arash Sadeghi emprisonné depuis juin 2016, purge deux peines distinctes, représentant un total 19 ans. Il est sanctionné pour son action pacifique en faveur des droits humains, en particulier pour avoir été en relation avec Amnesty International et lui avoir fourni des informations sur la situation des droits humains en Iran.

Son état de santé s’est considérablement détérioré. Il souffre notamment de problèmes digestifs, rénaux, respiratoires et d’arythmie cardiaque depuis sa grève de la faim de 71 jours commencée en janvier 2017. Il est aujourd’hui atteint d’un sarcome osseux.

En tant que membre/sympathisant(e) d’Amnesty International, je vous demande de libérer immédiatement et sans condition Arash Sadeghi, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression, d’association et de réunion dans le cadre de son travail de défense des droits humains ; de lui fournir un traitement anti-cancéreux et le suivi nécessaire ; de veiller au respect de son droit de donner son consentement éclairé, de consulter son dossier médical ainsi que ses droits à la confidentialité et à la vie privée ; et enfin de veiller à ce qu’il soit protégé contre la torture et toute autre forme de mauvais traitements, y compris la privation de soins médicaux adéquats ; de faire en sorte que les personnes ayant refusé de lui fournir des soins médicaux fassent l’objet d’enquêtes et de poursuites judiciaires dans le cadre de procédures conformes aux normes internationales d’équité des procès.

Je vous prie d’agréer, monsieur le Procureur général, mes meilleures salutations.

Destinataires :

Abbas Ja’fari Dolat Abadi, procureur général de Téhéran

Office of the Prosecutor, Corner (Nabsh-e) of 15 Khordad Square, Tehran, Iran

_ _

Mostafa Ziayee, directeur de la prison de Rajai Shahr

Raja’I Shahr Prison, Moazzen Blvd, Karaj, Gohardasht, Alborz Province, Iran

Formule d’appel : Monsieur,

_ _

Mohsen Naziri Asl, représentant permanent de l’Iran auprès de l’Office des Nations unies à Genève

Chemin du Petit-Saconnex 28, 1209 Geneva, Suisse

Courriel : missionofiran@gmail.com

Formule d’appel : Monsieur,

_ _

Copie à : Ambassade d'Iran

4, avenue d'Iéna

75116 Paris

E-mail : cabinet@amb-iran.fr

Si vous recevez des réponses à vos lettres de la part des autorités du pays, renvoyez-les à bappuialaction@amnesty.fr.

Cette action fait partie des "appels mondiaux". Chaque mois, Amnesty International vous propose d'envoyer trois lettres, par courrier postal, aux autorités compétentes, pour faire valoir les droits de personnes victimes d'injustice aux quatre coins du globe. Ces "appels mondiaux" sont publiés également dans la rubrique "Interpeller" du mensuel La Chronique.

Notre action conjointe est-elle efficace ? Oui ! Découvrez des dizaines d'exemples de ce que nous pouvons accomplir ensemble dans notre rubrique "Nos victoires".

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres