Agir
Faire un don
ou montant libre :
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 34 €
Agir

Soutenez-nous

Actions urgentes pour des personnes en danger, révélations de l’affaire Pegasus, enquête sur la situation des Ouïghours en Chine… c’est grâce à votre soutien que nous pouvons enquêter, alerter et agir en toute impartialité et indépendance.

Liberté d'expression

8 mars 2021 : agir pour les militantes des droits des femmes

Chaque jour, des femmes agissent pour revendiquer et défendre les droits des femmes. Ces femmes devraient être encouragées et protégées. Mais en raison de leur engagement et de leur sexe, elles font parfois face à des actes d’intimidations, à des campagnes de diffamation, ou sont tout simplement arrêtées par les autorités.

Certains États n’hésitent pas à les accuser faussement d’être des terroristes, des agents de l’étranger ou des espionnes. En prison, elles peuvent subir des mauvais traitements, et trop souvent être victime de violences sexuelles. Et tout cela uniquement pour avoir voulu défendre une cause juste, reconnue et protégée par le droit international.

Deux pays sont tristement connus pour cibler et réprimer spécifiquement les femmes défenseures en raison de leur engagement : L’Iran et l’Arabie saoudite.

En Iran, Yasaman Aryani et sa mère Monireh Arabshashi, ont été condamnées à 16 ans de prison pour avoir distribué des fleurs à visage découvert dans le métro à l’occasion de la journée Internationale des droits des femmes, le 8 mars 2019.  Elles militaient pacifiquement contre la loi injuste qui impose le port du voile aux femmes iraniennes.

En Arabie saoudite, 11 défenseures des droits des femmes qui militaient pour la fin du système de tutelle masculine et la levée de l’interdiction faite aux femmes de conduire, ont été arrêtées en 2018. Loujain al-Hathloul et 8 autres militantes sont sorties de prison depuis, mais ne sont pas libres de circuler ni même de s’exprimer libremenent. Nassima al-Sada est, elle, toujours en prison.

La place de ces femmes n’est ni en prison, ni en résidence surveillée ! Parce qu’elles ont eu le courage de défendre nos droits, défendons-les !

FAITES ENTENDRE VOTRE VOIX !

La mobilisation fonctionne ! Grâce à vous, la peine de Yasaman et de sa mère est passée de 16 à 9 ans de prison et 9 des 11 militantes saoudiennes arrêtées en 2018 ont été libérées. Mais elles restent sous le coup de nombreuses interdictions, restreignant fortement leurs libertés d’expression et de mouvement.

Ces femmes doivent être libérées sans condition, et doivent pouvoir mener leur travail indispensable de promotion et de défense des droits des femmes !

La mobilisation doit continuer ! Chaque action compte et ne prendra que 5 minutes de votre temps !

2 actions possibles :

Interpeller les autorités iraniennes et saoudiennes

Agir en solidarité avec Yasaman

1. Interpeller les autorités : 2 minutes pour faire pression

Interpellez les autorités iraniennes :

3 choses urgentes à faire pour Yasaman Aryani 

Interpellez les autorités saoudiennes :

3 actions pour les militantes des droits des femmes saoudiennes

2. Agir en solidarité avec Yasaman Aryani

Fabriquez une fleur en origami en solidarité avec Yasaman en amont du 8 mars

Agir

Rejoignez-nous le 8 mars !

Si vous êtes à Paris le 8 mars, rejoignez-nous pour défendre ces femmes courageuses à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes !