Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : € 5.1/mois
Action Urgente

Agissons pour Solafa, journaliste égyptienne emprisonnée

Depuis 1 an et 4 mois, Solafa Magdy est en prison pour avoir fait son travail. Sa place doit être sur le terrain à enquêter et auprès de sa famille, pas derrière les barreaux.

En 5 min, on vous propose de faire pression sur les autorités égyptiennes pour exiger sa libération immédiate et sans condition.

3 choses urgentes à faire pour Nasrin Sotoudeh

Après une grève de la faim de plus de 46 jours pour dénoncer les abus des autorités iraniennes dans le système de justice pénale à l’encontre des prisonniers d’opinion politique, Nasrin Sotoudeh a été « libérée de façon provisoire » pour raisons de santé fin octobre 2020. Deux semaines plus tard, elle était ramenée en prison. Maintenons la pression, Nasrin doit être libérée définitivement !

Nasrin Sotoudeh est une éminente avocate iranienne spécialiste des droits humains et des droits des femmes. Elle a été condamnée à un total de trente-huit ans de prison et 148 coups de fouet pour avoir défendu les droits des femmes et protesté contre la législation discriminatoire et dégradante qui impose le port du voile en Iran. Personne ne devrait passer ne serait-ce qu’une seule journée en prison pour avoir exercé ses droits pacifiquement.

Nasrin et tous les autres prisonniers d’opinion sont victimes d’une double peine. Injustement emprisonnés pour leur combat pacifique en faveur des droits humains, ils risquent aujourd’hui d’être contaminés par le Covid-19. Même depuis sa prison, Nasrin a décidé courageusement de dénoncer les conditions de détention des prisonniers d’opinion et de demander leur libération en menant une grève de la faim de 46 jours, depuis la prison d’Evin. Après que son état de santé se soit gravement dégradé, elle y a mis fin le 25 septembre 2020. Les autorités iraniennes ont finalement cédé et autorisé sa libération « temporaire » pour raison de santé le 7 octobre 2020. Quelques jours à peine après cette libération « temporaire », Nasrin était testée positive au Coronavirus.

Nous alertons depuis le début de la crise sanitaire sur le danger auquel sont exposés les prisonniers à l’heure du COVID-19. La surpopulation carcérale, le peu de moyens mis en place pour prévenir les contaminations, rendent impossible la gestion de cette crise au sein des prisons iraniennes. C’est donc une double peine pour les prisonniers d’opinion comme Nasrin : emprisonnement injustifié et risque accru de contamination, et dans le cas de Nasrin, avéré.

Finalement, le 2 décembre 2020, les autorités iraniennes ont de nouveau emprisonné Nasrin. Une honte.

Aujourd’hui plus que jamais, il faut maintenir la pression sur les autorités iraniennes, leur rappeler que nous sommes là et que nous n’oublions pas Nasrin. Nous devons chaque jour être plus nombreux à le leur faire savoir. Il faut libérer Nasrin et abandonner toutes les charges qui pèsent contre elle afin de lui permettre de mener son travail de défense des droits humains ! Pour cela il faut partager l’histoire de cette femme inspirante et courageuse qu’est Nasrin et continuer d’interpeller les autorités iraniennes.

Ensemble, pour Nasrin ! #FreeNasrin

3 actions simples :

écrire aux autorités iraniennes sur Twitter

agir sur Instagram

envoyer un message à l'ambassade d'Iran par mail ou courrier

Agir

Agir sur Twitter

Interpellez le guide suprême de la Révolution de la République islamique d'Iran

.@khamenei_ir Libérez Nasrin Sotoudeh, condamnée à 38 ans de réclusion et 148 coups de fouet, simplement pour avoir protesté contre le port obligatoire du voile en Iran.

C’est intolérable et cruel !

Faire un thread sur Twitter

Partagez l’histoire de Nasrin et incitez votre entourage à agir

Nous vous proposons de réaliser un thread sur Twitter en taguant le compte d’Amnesty France @amnestyfrance.

Exemple de thread :

Nasrin Sotoudeh a consacré sa vie à défendre les droits humains, et des femmes en particulier, et à dénoncer la peine de mort. En tant qu’avocate, elle a notamment défendu des femmes protestant contre les lois relatives au port obligatoire du voile en Iran. 

Récompensée en 2012 du Prix Sakharov décerné par le Parlement européen, Nasrin Sotoudeh a passé trois ans en prison (2010-2013) après avoir défendu des opposants arrêtés lors de manifestations en 2009. 

Elle a de nouveau été arrêtée en juin 2018, pour avoir milité pacifiquement contre le port obligatoire du voile. Elle a été condamnée à 38 ans de prison et 148 coups de fouet en mars 2019. 

Elle a mené une grève de la faim de 46 jours pour demander la libération des prisonniers d’opinion politique et dénoncer les conditions de détention, notamment en temps de COVID.

La place de Nasrin n’est pas en prison mais auprès de sa famille et des personnes qu'elle défend si courageusement. Elle doit être libérée ! #FreeNasrin #nasrinsotoudeh

Agir sur Instagram

Instagram est, par excellence, le réseau social de la créativité. Alors, laissez libre cours à votre imagination. Boomerang, vidéo, pancarte, montage… faites passer le message !

Voici la marche à suivre :

1 - Créez une story et/ ou un post avec le message suivant en ajoutant la photo de votre réalisation :

Iran : liberté pour les femmes défenseures des droits humains #FreeNasrin

2 - Taggez sur votre story ou votre post @amnestyfrance

3 - Publiez votre œuvre sur Instagram

ENVOYER UN MESSAGE À L'AMBASSADE D'IRAN

Par mail :

Copiez-collez ce message ci-dessous et envoyez-le à l'adresse de l'ambassade d'Iran : ambassadeur@amb-iran.fr en nous mettant en copie : ddh@amnesty.fr

Votre Excellence,

Nasrin Sotoudeh est une éminente avocate spécialisée dans la défense des droits humains et des droits des femmes Condamnée à 38 ans de prison et 148 coups de fouet à l’issue de deux procès manifestement iniques. Nasrin continue malgré tout son combat pacifique pour les droits humains et risque sa vie pour défendre celle des autres. Elle a courageusement mené une grève de la faim de 46 jours depuis la prison d’Evin pour dénoncer les conditions de détention des prisonniers d’opinion politique en temps de COVID, et exiger leur libération.Après que son état de santé se soit gravement dégradé, elle y a mis fin le 25 septembre 2020.

Le 11 mars 2019, Nasrin Sotoudeh a été informée du verdict de son deuxième procès, après avoir été jugée en son absence et en l’absence de son avocat le 30 décembre 2018, devant la 28e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran. Elle a été reconnue coupable de sept chefs d’inculpation, certains en lien avec son opposition aux lois relatives au port obligatoire du hijab, notamment pour « incitation à la corruption et à la prostitution » et pour avoir commis ouvertement « un acte immoral… en apparaissant en public sans porter le hijab ». Parmi ses activités légitimes citées à titre de « preuves » contre elle, figurent le fait qu’elle se soit opposée au port obligatoire du hijab, qu’elle ait retiré son foulard lors de visites à la prison, défendu des femmes ayant manifesté pacifiquement contre le port obligatoire du hijab, accordé des interviews aux médias sur l’arrestation violente et la détention de femmes contestant cette obligation, et déposé des fleurs à l’endroit où une manifestante avait été violemment interpellée.  En 2016, elle a été également inculpée d’avoir « formé un groupe dans le but de porter atteinte à la sécurité nationale » et certaines accusations se fondent en partie sur sa collaboration avec trois organisations de défense des droits humains.

Je vous prie de libérer immédiatement et sans condition la prisonnière d’opinion Nasrin Sotoudeh détenue uniquement en raison des activités pacifiques qu’elle mène en faveur des droits humains.

Je vous demande de veiller, en attendant sa libération, à lui permettre d'avoir des contacts réguliers avec ses proches et l’avocat de son choix.

Veuillez agréer, votre Excellence, l’expression de ma haute considération,

Par courrier :

Vous pouvez également envoyer ce message à l'Ambassade d'Iran par courrier.

Destinataire :

Bahram Ghassemi

4 Avenue d'Iéna,

75116 Paris

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres