Les réfugiés ne sont pas une marchandise

[11/03/2016]

 



Les barbelés, les gaz lacrymogènes, les conditions épouvantables de vie aux frontières ne suffisaient pas : les dirigeants européens franchissent un nouveau cap pour « trouver une solution » à la crise de l’accueil des réfugiés.


L’Union européenne est sur le point de conclure, le 18 mars, un marchandage honteux avec la Turquie : elle prévoit de renvoyer vers ce pays les migrants, et les réfugiés syriens, qui ont tenté de rejoindre l’Europe en traversant la mer Egée. En échange, pour chaque Syrien ainsi renvoyé, elle accepterait un autre réfugié syrien depuis la Turquie. 


Pour le dire autrement un réfugié syrien ne pourra être accueilli en Europe que si un autre réfugié syrien a risqué sa vie en mer. En contrepartie, l’Union européenne ferme les yeux sur les violations des droits humains des réfugiés en Turquie.


Les réfugiés deviennent donc l'objet d'un marchandage.


S’ils signent cet accord, les dirigeants européens mettent en péril le droit de solliciter l’asile. Pourtant, ce droit est inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et les Etats européens sont tenus de respecter la Convention de 1951 sur le statut des réfugiés. Ils foulent aux pieds les principes et les valeurs de l’UE en mettant en place des expulsions collectives à ses frontières.


La France, qui se proclame terre d’asile, ne peut pas accepter de signer un tel accord. 


Notre pays doit, à ce moment précis, porter haut les valeurs de protection, d’accueil et de solidarité avec toutes celles et ceux qui fuient les persécutions et les conflits.

Avec nous



- Refusez que les réfugiés deviennent l'objet d'un marchandage.

- Exigez de l’Union européenne qu’elle respecte ses valeurs et ses propres règles.

- Exhortez François Hollande à rejeter, au nom de la France, cet accord.

A L'ATTENTION DE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

Monsieur le Président de la République,

Avec l’ensemble des dirigeants européens, vous vous apprêtez à signer un accord honteux avec la Turquie, qui fait des réfugiés un objet de marchandage.

Ce projet d’accord, présenté comme une réponse à la crise des réfugiés, est en réalité attentatoire à la dignité humaine, et contraire aux obligations internationales des pays de l’Union Européenne (UE) en matière d’asile.

L’UE, prix Nobel de la paix, et la France qui se proclame « Terre d’asile », se déshonoreraient et renonceraient à leurs propres valeurs.

La France a aujourd’hui un rôle déterminant à jouer : rappeler les principes qui font de l’UE un espace de sécurité, de liberté et de justice.

Je ne veux pas que mon pays se compromette en signant un tel accord.

Monsieur le Président de la République je vous demande de renoncer à signer cet accord avec la Turquie.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

CETTE PÉTITION EST MAINTENANT TERMINÉE.
VOUS AVEZ ETÉ PLUS DE 40 000 A LA SIGNER EN MOINS D'UNE SEMAINE. 

Découvrir la remise des signatures et la suite de la campagne