Calais : ne les laissez pas attendre plus longtemps

Calais : ne les laissez pas attendre plus longtemps

[02/03/2016]

02/03/2016

Agissez sur Twitter pour les migrants de Calais

Ce jeudi 3 mars, la France et le Royaume-Uni se réunissent à Amiens pour le sommet Franco-Britannique. Une occasion unique pour ces deux pays de décider de réunir les migrants bloqués à la fontière avec leurs familles outre-manche.

Depuis plus de 15 ans, des réfugiés et des migrants se trouvent à Calais et tentent de gagner le Royaume Uni, souvent au péril de leur vie et de leur sécurité. Pourquoi veulent-ils passer outre-Manche à tout prix ? Pour beaucoup, ils veulent se réunir avec leur famille.
Un droit que la France et le Royaume-Uni doivent rendre concret de toute urgence. Les camps de Calais et de Grande-Synthe, près de Dunkerque, sont le théâtre de tragédies familiales. Des personnes survivent dans des conditions dégradantes, tenues par l’espoir de passer au Royaume-Uni pour vivre auprès des êtres qu’ils aiment.

LA FRANCE ET LE ROYAUME-UNI DOIVENT AGIR

En 2015, selon les informations disponibles, la France a demandé le rapprochement des membres de famille entre la France et le Royaume-Uni pour seulement 4 situations. Ce dernier Etat n’en a accepté qu’une.


Les autorités françaises et britanniques doivent donc de toute urgence coopérer pour :

 

  • définir les critères à utiliser pour évaluer les demandes de réunification pour la famille

  • assurer la diffusion d’information fiable auprès des réfugiés et des migrants en fournissant des guides multilingues sur les procédures à suivre, les délais, les critères à remplir, les documents à fournir

  • garantir l’accompagnement juridique et représentation pour les familles dans les camps mais également pour les membres des familles déjà présents au Royaume Uni


 

APRES LA FERMETURE DE CALAIS

Ce dernier weekend de février, les forces de l'ordre ont déjà détruit une partie du camp de Calais. De nouvelles démolitions sont prévues dans les semaines à venir. 

Les autorités françaises doivent de toute urgence consulter les personnes expulsées pour : 
- prendre en compte toutes les options possibles les concernant 
- leur faciliter l'accès à une procédure d'asile en France
- leur faciliter l'accès à des visas pour le Royaume-Uni
Dans tous les cas, la France et le Royaume-Uni ne doivent pas se contenter d’appliquer strictement les critères de la législation européenne mais doivent utiliser toutes les possibilités en leur pouvoir pour étendre le rapprochement de famille à un plus grand nombre de personnes.

C’est une question de solidarité entre la France et le Royaume-Uni. 
C’est un moyen de répondre à la détresse humaine.
C’est la preuve que, dans le contexte de crise mondiale des réfugiés, des solutions sont à portée de main.

UN LONG CHEMIN POUR RETROUVER LEUR FAMILLE

Un afghan de 15 ans qui vit dans le camp de Calais en attendant de se réunir avec sa grand-mère et son oncle au Royaume Uni.

Je ne sais pas si [faire une demande d’asile en France] est possible pour moi. Mais, même si c’est possible de rester en France, je ne veux pas, je veux être avec ma famille. »

 

Une femme enceinte qui vit dans le camp de Grande-Synthe avec ses frères et sœurs, son mari et sa mère.

Ça fait 7 ans qu’on n’a pas vu notre père. On lui parle chaque jour. Il essaye de nous faire venir au Royaume Uni. Un avocat lui a dit qu’il pourrait faire venir sa femme et ses enfants mineurs, mais personne d’autre. Mais même cela va prendre longtemps. » 

 

Une femme Erythréenne vit dans le camp de Calais avec sa fille de 4 ans. Son compagnon et elle ont eu des problèmes en Erythrée. Il est parti en premier et elle est partie après. Elle n’a pas fait son service militaire, elle y a échappé .

Je suis venue à Calais afin de retrouver le père de ma fille. Il est parti d’Erythrée il y a deux ans. J’étais enceinte quand il est parti. Ma fille n’a jamais vu son père, mais elle parle souvent de lui. Elle veut toujours lui parler quand on se téléphone.
J’essayais de monter sur le train quasiment chaque jour pendant 5 mois, mais j’ai dû arrêter récemment. C’est compliqué avec un enfant. En plus, la police nous asperge de gaz. C’est dangereux pour ma fille. Elle a eu une otite car on passait la nuit dans le froid tentant de monter sur les trains.
J’ai entendu qu’il y a un moyen de demander l’asile en France mais je dois aller retrouver mon mari. Ma fille a besoin d’être avec son père.
Une ONG a trouvé un avocat pour moi. Il est passé me voir et il va revenir. J’ignore combien de temps ça va prendre.
C’est dangereux ici. Je ferme la porte à clé mais des hommes viennent à ma porte le soir. Je ne sais pas qui c’est. »

 

 

 

LES FAMILLES NE DOIVENT PAS ÊTRE SÉPARÉES

Les personnes, dont les enfants seuls ou accompagnés, les femmes isolées et pouvant être victimes de violence, d’exploitation et de traite ainsi que les  victimes de traumatismes, ont le droit d’être réunies avec leur famille au Royaume Uni.

Le droit européen le prévoit et les règles d’immigration au Royaume-Uni aussi.

Pour que ce droit ne soit pas que théorique, il faut que plusieurs conditions soient réunies soit sous le droit européen soit en accord avec les règlements d’immigration du Royaume Uni.

Les personnes doivent :


- avoir conscience de l’existence de ce droit

- être informées dans leur langue

  • sur les conditions pour être réunies avec leur famille au Royaume-Uni (nature des liens familiaux, documents demandés …)

  • sur les règles pour déposer leur demande

  • sur la manière dont leur demande sera examinée

 

 

 

 

UN MANQUE D'ACCOMPAGNEMENT JURIDIQUE DANS LES CAMPS

L’information est une première pierre. Mais il faut également que les personnes puissent en confiance poser des questions sur leur situation et obtenir des réponses fiables.

Cet accompagnement juridique est quasi inexistant à Grande-Synthe et est largement insuffisant à Calais.

La grande majorité des personnes présentes dans les camps restent dans l’ignorance de leurs droits.

Le résultat est qu’elles continuent de risquer leur vie pour retrouver leur famille outre-Manche.

Un plus grand recours aux procédures de réunification des familles entre la France et le Royaume-Uni est l'une des solutions. 

Plus les procédures seront correctement appliquées, plus elles donneront envie aux personnes présentes d’y recourir.

 

LIRE AUSSI