Campagne pour l'accueil des réfugiés de Syrie

La moitié des réfugiés de Syrie sont des enfants © Ali Alsheikh Khedr / Amnesty
La moitié des réfugiés de Syrie sont des enfants © Ali Alsheikh Khedr / Amnesty International
Cinq Etats accueillent à eux seuls 95% des réfugiés de Syrie .Jusqu’à présent la réponse de la communauté internationale face à la crise en Syrie est lamentable. Des pays, souvent parmi les plus riches, n’ont quasiment rien fait. Face à cette inaction, nous appelons les États à accueillir 380.000 personnes, réfugiées, parmi les plus vulnérables. Selon nos calculs, la France pourrait et devrait ainsi accueillir au moins 10 000 réfugiés vulnérables. Depuis 4 ans, elle n’en a accueilli à ce jour que 500.

 

QUE SE PASSE-T-IL EN SYRIE ?

Depuis le début du conflit, 11 millions de personnes, soit la moitié du pays, ont dû partir de chez elles. Ces personnes fuient les violences, la torture, les bombardements et les détentions arbitraires. Parmi elles, 4 millions sont réfugiées, c'est-à-dire qu’elles ont quitté la Syrie car leurs vies étaient en danger.
Réfugiées au Liban, en Turquie, en Jordanie, en Egypte et en Irak, elles vivent dans des conditions extrêmement dures, n’accédant qu’avec grandes difficultés aux denrées de base ou encore aux soins médicaux.

Victimes après le bombardement d'Alep juin 2015 © AFP/Getty ImagesVictimes après le bombardement d'Alep juin 2015 © AFP/Getty Images

QUE PEUT-ON FAIRE POUR CES PERSONNES ?

Parmi ces réfugiés, certains se trouvent dans une situation qui les rend particulièrement vulnérables. Il s’agit de femmes seules avec ou sans enfants, des victimes de torture qui ont besoin de soins et d’accompagnement, ou des personnes malades ou handicapées nécessitant un environnement adapté. Il y a aussi toutes les personnes qui ne sont pas en sécurité dans le pays où elles sont réfugiées, du fait de leur orientation sexuelle, de leur origine, ou de leur opinion politique.
Ces personnes, identifiées par le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR, agence de l’ONU) peuvent bénéficier de la procédure de réinstallation, ou d’admission humanitaire, qui leur permettra de trouver refuge dans un nouveau pays d’accueil. Cette procédure légale leur évitera de devoir prendre des routes dangereuses pour pouvoir se mettre en sécurité, comme celles de la Méditerranée,.

QUE FONT LES ÉTATS ?

En 2015, après 4 ans de guerre, seulement 2% des réfugiés ont obtenu la promesse d’être réinstallés.
En Europe, à l’exception de l’Allemagne qui a décidé d’accueillir 30 000 personnes, les 27 autres Etats membres n’ont promis que 6 305 places d’accueil.
En France, seules 500 personnes ont été réinstallées.
500 nouvelles personnes devraient bénéficier de la procédure, mais ce nombre est largement insuffisant au regard des capacités réelles du pays.

Réfugiés syriens sur l'île de Lesbos - Grèce 2015 © Michael S HoneggerRéfugiés syriens sur l'île de Lesbos - Grèce 2015 © Michael S Honegger

QUE DEMANDE AMNESTY INTERNATIONAL ?

Nous souhaitons que les États les plus riches montrent une plus grande solidarité vis-à-vis des réfugiés et des États voisins de la Syrie qui les accueillent. Les États peuvent et devraient offrir des places d’accueil aux 380 000 réfugiés de Syrie identifiés comme vulnérables. Selon nos calculs, la France pourrait accueillir près de 10 000 réfugiés de Syrie sans que cela ne soit un poids pour le pays.

 

 

Suivez notre responsable Asile et Migrations sur TWITTER :