Grèce – Macédoine : 7000 réfugiés bloqués dans des conditions épouvantables

Grèce – Macédoine : 7000 réfugiés bloqués dans des conditions épouvantables

[01/03/2016]

L’Europe se coordonne pour bloquer les personnes, pas pour les accueillir

À la suite d'un accord passé mi-février entre les services de police de tous les pays de la route des Balkans, les ressortissants afghans ont commencé à ne plus être admis aux frontières de ces Etats.

Lire aussi : Calais, pourquoi veulent-ils rejoindre le Royaume-Uni ?

Chaque personne, quelle que soit sa nationalité, a le droit de demander l'asile et d'être traitée avec dignité. La pratique consistant à refuser l'entrée aux demandeurs d'asile et aux réfugiés de certaines nationalités est illégale. 

L'Union européenne a également accru les pressions pour que cesse le transit des réfugiés par les Balkans.

Cette pression  exercée sur les pays des Balkans, place les réfugiés et les demandeurs d'asile dans une impasse en Grèce. Ils se retrouvent coincés dans des conditions épouvantables et sans savoir ce qu'il peut advenir d'eux.

Certains d’entre eux ont tenté de franchir la barrière de barbelés de la frontière le 29 janvier. Les forces de sécurité macédoniennes ont lancé des gaz lacrymogènes contre eux. 

Crise des réfugiés : un plan d’accueil au lieu d'un plan de fermeture

Des réfugiés et des demandeurs d'asile, parmi lesquels des familles avec de très jeunes enfants et des personnes atteintes d'un handicap, dorment dehors. Les installations à la frontière ne peuvent accueillir que 2 500 personnes.

Combien d'enfants vont devoir dormir dans le froid pour que l'Europe comprenne enfin que la seule solution durable est de mettre en place des itinéraires sûrs et légaux pour éviter ces situations chaotiques et douloureuses pour les réfugiés.