Danemark : le Parlement ne doit pas adopter une loi cruelle pour les réfugiés

Danemark impose des contrôles stricts aux frontières avec l'Allemagne © 2016 Get
Danemark impose des contrôles stricts aux frontières avec l'Allemagne © 2016 Getty Images

[26/01/2016]

Mise à jour du 26/01/2016 : Le 26 janvier dernier, le Parlement danois a approuvé cette loi injuste qui va interdire aux réfugiés de la guerre de retrouver leur famille pendant au moins trois ans. En prenant cette décision, le Danemark s'éloigne de sa tradition de respect des droits humains et protection des réfugiés.

UNE LOI CRUELLE POUR LES RÉFUGIÉS

Si cette loi était adoptée par le Parlement danois, les réfugiés seront face à un choix cruel : Faire entreprendre à leurs enfants et à leurs proches un voyage dangereux, voire mortel, ou les laisser derrière eux et risquer une séparation prolongée tandis que les membres de la famille continuent à subir les horreurs de la guerre..

Clairement, cette législation nuira à l’intégration des réfugiés dans le pays. 

Comment s’adapter à une société nouvelle, une vie nouvelle alors que ses enfants, sa compagne sont restés derrière ?

Comment revivre et se remettre des traumatismes subis alors que l’on sait qu’on ne reverra pas ses êtres chers avant des années ?

UN CATALOGUE DE RESTRICTIONS

Le Gouvernement danois propose au Parlement de valider une série d’autres mesures restreignant les droits des réfugiés, parmi lesquelles : 

- la confiscation de leurs biens à leur arrivée ; 

- la réduction de la durée des permis de séjour temporaire

- l’introduction de frais pour le dépôt des dossiers de regroupement familial (environ 900 euros par demande à l’heure actuelle), 

- l’obligation d’acquitter le coût du trajet des proches concernés jusqu’au Danemark.

Tout n’est que la suite d’une entreprise de dissuasion des réfugiés, qui avait commencé en novembre 2015 avec l’adoption d’une loi permettant à la police d’arrêter les demandeurs d’asile et migrants sans en référer à un juge

Lire aussi : La face cachée de la crise des réfugiés

LE DANEMARK FAIT FI DE SES OBLIGATIONS INTERNATIONALES

Le gouvernement a lui-même reconnu que ces mesures risquent de porter atteinte à la Convention européenne des droits de l’homme, qui garantit le droit à la vie de famille.

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a par ailleurs indiqué que ces propositions pourraient enfreindre d’autres articles de la Convention européenne ainsi que la Convention relative aux droits de l'enfant. 

 

Un vote final aura lieu mardi 26 janvier en vue de la promulgation de ces modifications. 

 

Le parlement danois doit rejeter ces propositions du Gouvernement.