Hongrie : justice pour les réfugiés

Gare de Bicske, Hongrie 03/09/2015 © Sebastian Brötzner
Gare de Bicske, Hongrie 03/09/2015 © Sebastian Brötzner

[04/11/2015]

Les réfugiés sont traités comme des indésirables en Hongrie.

Depuis des mois, des réfugiés continuent de fuir des violences et tentent de trouver la sécurité en Europe. Pour dissuader les réfugiés d’entrer, la Hongrie construit des murs et adopte des mesures draconiennes qui bafouent les droits des réfugiés. Pourtant, pour ces personnes, chercher l'asile n'est pas un choix, mais une question de survie.

La frontière hongroise avec la Serbie est fermée et l’accès au territoire est sévèrement restreint pour les réfugiés.   Ceux qui parviennent à accéder au territoire hongrois pourront être pénalisés pour leur « entrée irrégulière ». Dans des nouvelles « zones de transit », les demandes d’asile sont traitées de manière accélérée, en quelques heures. La Hongrie a également prévue de renvoyer en Serbie les demandeurs d’asile qui ont transité par ce pays. Pourtant là-bas, le système d’asile est inefficace ; seules 18 personnes ont obtenu la protection en 6 ans !

Le 10 décembre, la Commission européenne est intervenue auprès des autorités hongroises en raison du traitement qu'elles reservent aux réfugiés. Cette action de la Commission est un signal très clair à tous les Etats et responsables politiques qui souhaiteraient tourner le dos à leurs obligations de protection des réfugiés. 

CETTE ACTION EST MAINTENANT TERMINEE : merci de l'avoir soutenue !

POUR MEMOIRE L'APPEL ETAIT :

 

Monsieur le Premier Ministre,

Afin de respecter les droits de réfugiés, je vous demande d'abroger les amendements à la loi :
•    criminalisant « l’entrée irrégulière » sur le territoire hongroise,
•    créant des « zones de transit » à la frontière
•    établissant une liste de « pays sûrs »

Avec la saison hivernale, il est plus qu'urgent d'agir pour éviter une grave crise humanitaire. Les réfugiés doivent avoir accès à une procédure d’asile juste et efficace.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma très haute considération.

Cette pétition est maintenant terminée. Merci de votre soutien aux actions d'Amnesty International.