Israël-Territoires occupés palestiniens : les villageois de Nabi Saleh manifestent malgré la répression

Israël-Territoires occupés Nariman Tamimi  © Mohammed Yasin Photography
Nariman Tamimi © Mohammed Yasin Photography

[23/12/2013]

Nabi Saleh est un village d’environ 550 habitants situé au nord-ouest de Ramallah dans les territoires palestiniens occupés.
Depuis 2009, des marches hebdomadaires pacifiques y sont organisées pour protester contre l’occupation israélienne et la politique d’expansion illégale des colonies.

La colonie israélienne illégale de Halamish a été créée en 1977 sur des terres appartenant aux villages de Nabi Saleh et de Deir Nitham. Elle compte aujourd’hui près de 1 600 habitants et ne cesse de se développer. Début 2009, les colons se sont emparés de la source d’eau située sur les terres possédées et cultivées par les villageois, en on fait un site touristique et ont commencé à bâtir dans la zone de manière illégale, détruisant des biens et zones d’agriculture palestiniens. En décembre 2009, les autorités israéliennes ont interdit aux Palestiniens, y compris aux propriétaires des terres, d’accéder à cette source d’eau et aux terrains qui l’entourent. C’est cet événement qui a conduit les villageois à organiser des manifestations régulières pour exiger l’accès à la source et à leur terre.

Ces marches, soutenues par des Israéliens et par des organisations internationales, sont systématiquement réprimées par l’armée israélienne qui n’hésite pas à tirer à balles réelles, balles de métal recouvertes de caoutchouc, grenades assourdissantes et lacrymogènes. Les forces de sécurité israéliennes ont ainsi tué deux manifestants et blessé des centaines d’autres depuis fin 2009. Aucune enquête ouverte par l’armée israélienne sur ces exactions n’a abouti. Le 5 décembre 2013, l’armée israélienne a annoncé sa décision de clôturer l’enquête sur la mort de Mustafa Tamimi tué d’un tir en plein visage au cours d’une manifestation en décembre 2011. Aucune poursuite n’a été engagée contre le soldat responsable du tir qui a déclaré ne pas avoir vu la victime.

En outre, l’usage excessif de la force par l’armée contre les manifestants affecte l’ensemble du village et pourrait constituer un châtiment collectif, interdit par la quatrième Convention de Genève.

La répression va au-delà des jours de manifestation et les maisons du village font régulièrement l’objet de perquisitions. Des personnes, y compris des enfants, sont arrêtés jusque tard dans la nuit. Bassem et Nariman Tamimi ont ainsi vu leur maison fouillée et saccagée de nombreuses fois. Nariman a été blessée et arrêtée à plusieurs reprises pour avoir participé à des manifestations. Son mari Bassem a été détenu 11 fois, dont neuf sans inculpation. Leurs deux fils de 16 et 10 ans ont été arrêtés, brutalisés, blessés et inculpés de participation à des manifestations interdites.

Manifestation à Nabi Saleh © Tamimi Press

Une politique de colonisation offensive

Plus de 500 000 citoyens israéliens vivent actuellement dans les territoires palestiniens occupés.

La création et le maintien de colonies civiles sur des territoires occupés constituent une violation du droit international humanitaire et sont considérés comme un crime de guerre. Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale stipule que « le transfert, direct ou indirect, par une puissance occupante d’une partie de sa population civile, dans le territoire qu’elle occupe » est considéré comme un crime de guerre, « lorsque ces crimes s’inscrivent dans le cadre d’un plan ou d’une politique ». La politique discriminatoire de colonisation entraîne également des violations des droits à un logement décent, à l’eau et aux moyens de subsistance des Palestiniens en Cisjordanie occupée.

La population civile palestinienne est soumise à l’autorité militaire israélienne. L’ordonnance militaire 101 interdit tout rassemblement d’au moins 10 personnes n’ayant pas été autorisé au préalable par le commandant de la zone concernée. Ces éléments constituent de graves infractions à la liberté d’expression et de rassemblement.

EN SAVOIR PLUS