Donnons de la voix pour la Russie !

Donnons de la voix pour la Russie !

[04/10/2014]

UNE LISTE SANS FIN DE RÉPRESSIONS 

Des lois répressives sont votées à la hâte par le parlement.

Des manifestations pacifiques sont dispersées par une police qui fait souvent usage de la force. 

Des manifestants sont arrêtés et soumis à des amendes. 

Des ONG indépendantes sont contraintes d’adopter la qualification d’« agent de l'étranger », menacées de lourdes amendes et de fermeture si elles opposent une résistance.

Les médias indépendants subissent des pressions, doivent revoir leur ligne éditoriale ou sont arbitrairement bloqués dans leur action

Les homicides de défenseurs des droits humains et de journalistes ne font pas l'objet d'enquêtes diligentes. 

AUX CÔTÉS DES PERSONNES QUI DONNENT DE LA VOIX 

Pourtant, malgré ces restrictions incessantes, nombreux sont ceux qui n'hésitent pas à donner de la voix. Nous sommes à leurs côtés. Faisons en sorte que les dirigeants russes sachent que le reste du monde n'est pas indifférent. Nous ne resterons pas silencieux, nous ferons entendre notre voix en soutien à la société civile russe. 

En savoir plus : Suivre la semaine de solidarité en ligne

Participez à notre semaine d'action : lisez, débattez faites circuler l'information. Joignez-vous à nos actions de solidarité !

Faites entendre votre voix pour la liberté et la Russie.

La liberté de réunion est en danger en Russie. Des lois restrictives rendent difficile l'organisation d'actions et de manifestations publiques. Les actions non autorisées – et parfois même les actions autorisées d’ailleurs – sont souvent dispersées et les participants arrêtés, placés en détention et condamnés à des amendes. 

 

Le journalisme est un métier à haut risque en Russie. Les commanditaires de l'assassinat d'Anna Politkovskaïa en 2006, une journaliste d'investigation, n'ont toujours pas été identifiés et plusieurs de ses confrères ont depuis été tués. L'autocensure enfle et la poignée de médias indépendants qui subsiste subit une pression grandissante.

DE NOUVELLES LOIS RÉPRESSIVES EN RUSSIE

De nouvelles lois sont venues renforcer la censure et la surveillance d'internet en Russie. Les sites indépendants qui émettent des critiques à l'encontre du gouvernement peuvent désormais être bloqués du jour au lendemain, sans décision de justice préalable. Plusieurs médias en ligne indépendants, dont Grani.ru,  en ont fait l'expérience. 

Une vague de répression s'abat sur les organisations indépendantes de la société civile russe. Depuis la loi de 2012 relative aux « agents de l'étranger », des centaines d'ONG du pays ont fait l’objet d'« inspections » inopinées de la part des autorités ; plusieurs ont été condamnées à de lourdes amendes pour avoir refusé la qualification d'« agent de l'étranger » et certaines ont été forcées à mettre la clé sous la porte. 

Evgueni Vitichko, a été condamné pour avoir dénoncé les dégâts causés à l'environnement pendant la préparation des Jeux olympiques d'hiver à Sotchi. Prisonnier d'opinion, il a entamé la peine de trois ans d'emprisonnement à laquelle il a été condamné pour avoir prétendument dégradé une clôture illégale érigée dans une forêt protégée de la région de Krasnodar.

Parmis les premières victimes de ces législations, les organisations de défense des personnes lesbiennes, gays, bisesexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI). La loi de 2013 interdisant « la propagande en faveur des relations sexuelles non traditionnelles » n'a pas seulement restreint la liberté d'expression et de réunion des personnes et des organisations LGBTI, elle a également exacerbé l'homophobie et déclenché une vague de violences commises par des groupes d’autodéfense à travers le pays.

 

LIRE/TELECHARGER NOTRE DOCUMENT

Russia: Violation of the right to freedom of expression, association and assembly in Russia
(en anglais)

Index AI :
EUR 46/048/2014
Date de publication :
02 octobre 2014