Arabie saoudite : 50 personnes risquent d’être exécutées

Ali figure parmi les jeunes mineurs condamnés © Private
Ali figure parmi les jeunes mineurs condamnés © Private

[27/11/2015]

La probabilité que plus de 50 personnes soient exécutées sous peu s’accroit, des médias nationaux proches des autorités saoudiennes ayant affirmé qu’ils seraient bientôt tous mis à mort le même jour.

Les mères de cinq militants chiites figurant parmi ces prisonniers ont imploré le roi Salman de faire preuve de clémence, après avoir eu vent de préparatifs pouvant être en relation avec des exécutions imminentes.   

La forte augmentation du nombre d’exécutions observée cette année en Arabie saoudite, associée à la nature secrète et arbitraire des décisions de justice et des exécutions dans le royaume ne nous laissent pas d’autre choix que de prendre très au sérieux ces signes récents.

Sur le même sujet : Arabie saoudite : 151 exécutions en 2015

LE JEUNE ALI PARMI LES PROCHAINS EXÉCUTÉS

Parmi les cinq militants nommés dans l’appel des mères de condamnés figurent des mineurs dont le jeune Ali al Nimr. Notre organisation s’est mobilisée pour demander que sa condamnation à mort soit annulées en raison d’allégations crédibles selon lesquelles il a été torturés et fait l’objet d’un procès inique. Le droit international prohibe le recours à la peine de mort contre les personnes âgées de moins de 18 ans.  
Parallèlement à notre action, un groupe d’experts des Nations unies et le Parlement européen ont tous deux exhorté l’Arabie saoudite à s’abstenir d’exécuter Ali al Nimr. 
Ali al Nimr et son oncle, Nimr al Nimr, un dignitaire religeux chiite, faisaient partie de six militants arrêtés après des manifestations réclamant une réforme politique, qui avaient débuté dans la province de l’Est, majoritairement chiite, en 2011. 
Parmi ceux qui risquent d’être exécutés sous peu figurent six militants chiites qui ont été déclarés coupables au terme de procès iniques. Il apparaît clairement que les autorités saoudiennes utilisent le prétexte de la lutte contre le terrorisme pour régler des comptes politiques.

INTERPELLEZ LE ROI D'ARABIE SAOUDITE SUR TWITTER

Interpellez le roi d'Arabie saouditeInterpellez le roi d'Arabie saoudite

Pas de compte Twitter ? Suivez nos instructions pour interpeller les autorités d'Arabie saoudite par courrier. 

CONDAMNÉS À MORT ALORS QU'ILS ÉTAIENT MINEURS

Trois de ces six militants ont été condamnés pour des "infractions" commises alors qu’ils étaient mineurs, et ont affirmé qu’on les avait torturés afin de leur arracher des aveux. Le droit international prohibe le recours à la peine de mort contre les personnes âgées de moins de 18 ans.  
Les mères de condamnés ont publiquement fait état de leurs craintes, après avoir appris cette semaine que leurs fils avaient été soumis à un examen médical « inopiné » en prison, qu’elles considèrent comme un signe pouvant annoncer une exécution imminente. Quatre de ces cinq hommes sont détenus à l'isolement dans un quartier carcéral accueillant des condamnés à mort, depuis leur transfert à la prison d’al Hair à Riyadh début octobre.   
Dans leur lettre, les mères demandent l’annulation de la condamnation de leurs fils, et l’organisation de nouveaux procès se déroulant en public et respectant les normes internationales d’équité en la matière, et autorisant la présence d’observateurs indépendants.  

LIRE / TÉLÉCHARGER  LE RAPPORT

Killing in the name of justice : the death penalty in Saudi Arabia 
(Rapport complet en anglais)

Index:
MDE 23/2092/2015
Date de publication : novembre 2015