Iran : Mohammad Sadiq Kabudvand, emprisonné pour avoir défendu les droits des Kurdes

Iran Mohammad Sadiq Kabudvand journaliste emprisonné ©DW
Mohammad Sadiq Kabudvand purge une peine de 11 ans d’emprisonnement ©DW

[18/01/2012]

Arrêté le 1er juillet 2007 à Téhéran, Mohammad Sadiq Kabudvand purge actuellement une peine de 11 ans d’emprisonnement. Journaliste kurde, défenseur des droits humains, il souffre actuellement de graves problèmes de santé pour lesquels il n’est pas en mesure de recevoir les soins appropriés.

Fondateur et président de l’Organisation de défense des droits humains du Kurdistan, Mohammad Sadiq Kabudvand a également été le rédacteur en chef de l’hebdomadaire Payam-e Mardom-e Kordestan (Le message du peuple du Kurdistan), consacré à la promotion des droits culturels, sociaux et politiques de la minorité kurde d’Iran. Ce journal a été interdit pour trois ans le 27 juin 2004 pour "diffusion d’idées séparatistes et publications de fausses informations" et n’a pas reparu depuis.


Le 1er juillet 2007 à Téhéran Mohammad Sadiq Kabudvand a été arrêté par des hommes en civil qui se sont rendus à son domicile et ont confisqué trois ordinateurs, des livres, des photos et des documents personnels puis l’ont emmené à la section 209 dépendant du ministère du renseignement de la prison d’Evin à Téhéran.

Il y a été détenu à l’isolement pendant quarante jours, interrogé menotté, les yeux bandés et les jambes enchaînées. Pour protester contre ses conditions d’interrogation, il a mené une grève de la faim, pendant laquelle il était obligé de demander par écrit l’autorisation d’aller aux toilettes, ce qui a aggravé un problème rénal existant.

Le 19 mai 2008, après être resté inconscient pendant une demi-heure environ, il a reçu les premiers soins d’un prisonnier médecin, mais n’a pas eu le droit d’aller à l’infirmerie de la prison.

Le jour suivant, un juge a ordonné que Mohammad Sadiq Kabudvand soit hospitalisé à l’extérieur de la prison. Cette mesure n’a jamais été appliquée et Mohammad Sadiq Kabudvand n’est toujours pas en mesure de recevoir le traitement médical que son état requiert. Il a perdu vingt kilos depuis son arrestation.

Après une audience à huis clos, il a été condamné en mai 2008 à onze ans de prison par la 15e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran : dix ans pour "agissements contre la sécurité de l’État" en créant l’Organisation de défense des droits humains du Kurdistan et un an pour "propagande contre la République islamique" pour être entré en contact avec des organisations humanitaires internationales.

En juillet 2009, Mohammad Sadiq Kabudvand a été convoqué devant la première chambre du tribunal révolutionnaire de Mahabad (Kurdistan), accusé de "propagande contre le système" pour avoir publié et diffusé des pamphlets sur la question des femmes kurdes. Mohammad Sadiq Kabudvand a nié tout lien avec ces documents.

La santé de Mohammad Sadiq Kabudvand est actuellement précaire.

Il souffre notamment de problèmes cardiaques pour lesquels une opération chirurgicale est nécessaire, sans recevoir de soins appropriés.


L’Organisation de défense des droits humains du Kurdistan a pour but d’encourager et d’enseigner le respect des droits humains au Kurdistan et de développer entre les peuples d’Iran des relations amicales fondées sur le principe d’égalité devant la loi.
Les Kurdes représentent près de 10 % de la population de l’Iran, essentiellement dans l’ouest et le nord-ouest du pays.