Mortalité maternelle au Burkina Faso

Mortalité maternelle

Plus de 300 000 femmes meurent chaque année des complications d’une grossesse ou d’un accouchement – soit une femme toutes les 90 secondes. Cette situation n'est pas seulement une urgence sanitaire mondiale, c'est un scandale au regard des droits humains.

Pourquoi Amnesty International se mobilise pour les droits sexuels et reproductifs ?

Lancement de la campagne "mon corps mes droits" au Népal © AI

La mission d’Amnesty International est de lutter pour que tous les individus puissent jouir de l’ensemble des droits fondamentaux inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans les autres textes internationaux relatifs aux droits humains.
Les droits sexuels et reproductifs des personnes en termes de décisions concernant leur corps et leur vie sexuelle et affective, font officiellement partie de ces droits universels reconnus, et donc de la mission d’Amnesty International.

Grâce à sa portée et à son expertise mondiale dans l’accomplissement d’évolutions pour les droits humains, Amnesty International peut influencer de manière réelle, durable et positive l’accès des personnes à leurs droits sexuels et reproductifs en :

  • menant des recherches et analyses robustes afin de dénoncer les violations des droits ;
  • mobilisant des millions de personnes pour des actions de solidarité à l’échelle mondiale ;
  • contribuant à un travail d’influence auprès des gouvernements afin de les convaincre de faire respecter les droits sexuels et reproductifs dans leur pays ;
  • conduisant des actions de sensibilisation au niveau national afin de contribuer à une meilleure prise en compte des droits sexuels et reproductifs en France.

 

Thématiques

Mortalité maternelle : une femme meurt chaque minute…

La grande majorité des femmes qui meurent des complications d’une grossesse ou d’un accouchement sont pauvres et issues des pays en développement. Dans certains pays d'Europe occidentale, une femme sur 25 000 meurt au cours de la grossesse ou de l'accouchement. Par comparaison, en Afrique sub-saharienne, le risque de mortalité maternelle est de 1 sur 26, et peut atteindre 1 sur 7 dans certains pays. Dans les pays riches, un nombre disproportionné de femmes touchées viennent de milieux marginalisés ou défavorisés.

Mortalité maternelle au Burkina Faso © AI

Mortalité maternelle

Plus de 300 000 femmes meurent chaque année des complications d’une grossesse ou d’un accouchement – soit une femme toutes les 90 secondes. Cette situation n'est pas seulement une urgence sanitaire mondiale, c'est un scandale au regard des droits humains.