Aller au contenu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que : 5,1 €/mois
Action de tractage pour sensibiliser les supporters de l'équipe de France à la situation des travailleurs migrants au Qatar, Orange Vélodrome, à Marseille, mars 2022
Action de tractage pour sensibiliser les supporters de l'équipe de France à la situation des travailleurs migrants au Qatar, Orange Vélodrome, à Marseille, mars 2022 © Soundous Jeljoul/Amnesty International France

Action de tractage pour sensibiliser les supporters de l'équipe de France à la situation des travailleurs migrants au Qatar, Orange Vélodrome, à Marseille, mars 2022 © Soundous Jeljoul/Amnesty International France

Action de tractage pour sensibiliser les supporters de l'équipe de France à la situation des travailleurs migrants au Qatar, Orange Vélodrome, à Marseille, mars 2022 © Soundous Jeljoul/Amnesty International France

Réfugiés et migrants

Il faut indemniser les travailleurs migrants au Qatar, c’est le résultat de notre sondage

Pour une indemnisation des travailleurs migrants exploités sur les chantiers de la Coupe du Monde : 73% des personnes interrogées, dans le cadre d’une étude mondiale que nous avons commanditée, y sont favorables. Un message clair adressé aux dirigeants du monde du football.

À retenir

73% des personnes interrogées soutiennent la proposition visant à ce que la FIFA utilise les recettes de la Coupe du monde pour indemniser des travailleurs migrants exploités au Qatar.

En France, 70% des personnes interrogées considèrent que la Fédération Française de Football devrait exprimer publiquement son soutien au travailleurs migrants

En France, et partout dans le monde, des milliers de personnes partagent la volonté de voir la FIFA agir en apportant des réparations pour les souffrances endurées par les travailleurs et travailleuses migrants au Qatar. C’est ce que révèle un sondage que nous avons commandité auprès de l’institut d’étude YouGov.

Lire aussi : L'intégralité des résultats de notre sondage

Un soutien mondial en faveur d’une réparation

Sur les 17 000 adultes interrogés dans 15 pays, près des trois quarts de ces personnes (73%) sont en faveur d’une indemnisation des travailleurs migrants victimes des préparations du Mondial 2022. Le soutien est même encore plus marqué chez les personnes susceptibles de regarder au moins un match de ce tournoi (84 %).

Ces personnes souhaitent également que leurs associations nationales de football prennent position de façon beaucoup plus ferme. En effet, nous attirons l’attention sur le fait que les associations nationales de football ont la responsabilité, au regard des normes internationales relatives aux droits humains, de soutenir les mesures de réparation pour les travailleurs migrants compte tenu de leur participation à la Coupe du monde.

La Fédération Française de Football ne s’est jamais exprimée publiquement sur la situation des travailleurs migrants au Qatar.

On ne peut pas changer le passé, mais un programme d’indemnisation serait un moyen clair et simple permettant à la FIFA et au Qatar d’apporter au moins quelques mesures de réparation pour les centaines de milliers de travailleurs et travailleuses qui ont rendu possible ce tournoi.

Réparer et préparer l’avenir

En vertu du droit international et du règlement de la FIFA, ces derniers ont des obligations et des responsabilités s’agissant de prévenir les atteintes aux droits humains et d’octroyer des réparations aux victimes. Le fonds de réparation que nous réclamons est totalement justifiable au regard de l’ampleur des violations commises et ne représente qu’une petite partie des 5,7 milliards d’euros de recettes que la FIFA prévoit d’engranger grâce à la Coupe du monde.

Nous engageons la FIFA et le Qatar à mettre sur pied un programme de réparation en collaboration avec les travailleurs, les syndicats, l’Organisation internationale du travail et la société civile.

Nous proposons que la FIFA réserve un montant d’au moins 420 millions d’euros, qui correspond aux primes offertes aux équipes participant à la Coupe du monde, pour l’investir dans des fonds destinés aux réparations

À la suite de notre demande de réparation, la FIFA nous a indiqué qu’elle étudiait cette proposition, mais elle n’a, jusqu’à présent, pas répondu publiquement.

Côté France : que donne le sondage ?

Signez notre pétition pour interpeller la Fédération Française de Football

En France, notre institut d’étude a interrogé 1 018 personnes. Voici les résultats les plus significatifs :

70% des personnes interrogées considèrent que la FFF devrait publiquement prendre la parole pour dénoncer les violations de droits humains au Qatar en lien avec la Coupe du monde.

70% des personnes interrogées soutiennent notre demande d’un fond d’indemnisation des travailleurs migrants.

Ce sondage montre que la Fédération Française de Football ne peut plus se terrer dans son silence sur les droits humains au Qatar.

Lola Schulmann, notre chargée de plaidoyer sur les droits économiques et sociaux

Le sondage : pays par pays

Le plus fort soutien vient du Kenya, où 93 % des personnes interrogées sont en faveur d’une indemnisation. Des milliers de Kenyans travaillent au Qatar, où nous avons rassemblé des informations sur de nombreux abus, notamment sur des cas de travail forcé dans les secteurs de la sécurité, du bâtiment et des employés de maison. 

Lire aussi : Témoignages de femmes, employées de maison au Qatar

Le soutien en faveur d’une indemnisation dépasse également les trois quarts au Mexique, un des pays hôtes de la Coupe du monde 2026, (86 %), et aussi en Espagne (83 %), en Argentine (82 %), en Suisse (81 %), en Finlande (79 %) et en Belgique (77 %), et le soutien parmi les personnes susceptibles de regarder la Coupe du monde est encore plus élevé : plus de 80 % dans 11 des 15 pays.

Plus des deux tiers (67 %) des personnes interrogées pensent aussi que leurs associations de football nationales devraient s’exprimer publiquement au sujet des problèmes en matière de droits humains liés à la Coupe du monde 2022 organisée au Qatar, notamment en appelant à une indemnisation des travailleuses et travailleurs migrants. Le soutien le plus fort vient du Kenya (93 %) et il est supérieur ou égal à 70 % en Espagne (74 %), en Finlande (71 %), au Mexique (71 %), en France (70 %), en Norvège (70 %), en Suisse (70 %) et au Royaume-Uni (70 %). Le soutien est là aussi plus marqué encore (71 %) chez les personnes susceptibles de regarder au moins un match de ce tournoi. 

La méthode d'enquête

YouGov a interrogé 17 477 adultes en Argentine, en Belgique, au Danemark, en Espagne, aux États-Unis, en Finlande, en France, en Allemagne, au Kenya, au Mexique, au Maroc, en Norvège, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Suisse. Le sondage a été réalisé entre le 16 août et le 6 septembre 2022. Ce sondage a été réalisé en ligne. Les chiffres ont été pondérés et sont représentatifs de l’ensemble des adultes (personnes âgées de plus de 18 ans) des pays inclus dans ce sondage. 

Parmi les personnes interrogées, 54 % disent qu’elles sont susceptibles de regarder au moins un des matchs de la Coupe du monde.  

Agir

Il n'est pas trop tard pour agir !

À quelques mois du coup d’envoi du Mondial 2022, il est encore temps de ramener la coupe à la raison et de changer la vie de milliers de travailleurs migrants au Qatar.

Il faut indemniser les travailleurs migrants au Qatar, c’est le résultat de notre sondage - Amnesty International France