Accéder au contenu
Menu
Agir
Faire un don
ou montant libre :
/mois
Grâce à la réduction d'impôts de 66%, votre don ne vous coûtera que: 5.1/mois
Abdul Aziz Muhamat © Jason Garman/Amnesty International

Abdul Aziz Muhamat © Jason Garman/Amnesty International

Abdul Aziz Muhamat © Jason Garman/Amnesty International

Interpeller les autorités

Protection pour ce défenseur des droits des migrants

Abdul Aziz Muahmat est un jeune soudanais défenseur des droits des migrants. Actuellement détenu sur l'île de Manus, exiger sa protection et son transfère vers l'Australie.

En 2013, alors qu’il était âgé de 19 ans, Abdul Aziz Muhamat a décidé de fuir son pays ravagé par la guerre, le Soudan. Après avoir tenté d’atteindre l’Australie en bateau pour y trouver refuge, il a été directement transféré vers un centre de détention sur l’île de Manus, où il est bloqué en raison de la politique australienne de détention extraterritoriale des réfugiés, qui entraîne l’enfermement de centaines d’hommes réfugiés et demandeurs d’asile dans des conditions cruelles et dégradantes en Papouasie-Nouvelle-Guinée depuis ces cinq dernières années.

Pourquoi maintenant ?

En plus d’être nommé pour le prix Martin Ennals 2019, dont le lauréat sera annoncé le 13 février prochain, Abdul Aziz Muhamat aura 26 ans le 17 février. Ces deux événements offrent une excellente occasion de mettre en avant l’histoire de cet homme et la situation sur l’île de Manus.

Ce réfugié et défenseur des droits humains reconnu est l’un des principaux porte-parole qui dénoncent les conditions déplorables dans les camps de détention. Au moyen de son téléphone portable, Abdul Aziz Muhamat partage des informations, des photos et des messages vocaux WhatsApp pour faire un podcast exposant la réalité cruelle de la politique australienne en matière d’immigration.

Des demandeurs d’asile et des réfugiés ont été envoyés sur l’île de Manus dans le cadre d’un accord bilatéral entre l’Australie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, où sont détenus près de 800 d’entre eux, répartis principalement dans trois camps distincts sur l’île de Manus.

Les autorités australiennes affirment que leur politique de traitement des demandes d’asile à l’étranger décourage les passeurs et « sauve des vies » en protégeant ceux qui auraient autrement entrepris la périlleuse traversée pour atteindre le pays. La réalité est toute autre. Le gouvernement australien fait preuve d’une cruauté injustifiable dans sa gestion des centres de détention, où des réfugiés ont été victimes de graves violences à plusieurs reprises.

Cependant, il refuse de reconnaître publiquement que cette politique de détention et de traitement des réfugiés hors de ses frontières constitue de fait une mesure punitive et expose des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants à des violences systématiques sur les îles de Manus (Papouasie-Nouvelle-Guinée) et Nauru.

Message à envoyer

Monsieur le Premier Ministre,

En 2013, à l’âge de 19 ans, Abdul Aziz Muhamat a fui son pays, le Soudan ravagé par la guerre. Il a fêté ses 26 ans le 17 février dernier. Alors qu’il tentait, en bateau, de trouver refuge en Australie, il a été directement transféré vers un centre de détention australien sur l’île de Manus en Papouasie-Nouvelle Guinée. Il y est resté bloqué en raison de la politique de détention extraterritoriale des réfugiés menée par l’Australie. Il dénonce sur les réseaux sociaux l’enfermement de centaines de réfugiés et demandeurs d’asile dans des conditions lamentables depuis cinq ans.

En tant que membre/sympathisant(e) d’Amnesty International, je vous demande qu’Abdul Aziz Muhamat puisse mener son travail légitime en faveur des droits humains sans être intimidé ou menacé. Le gouvernement australien doit mettre fin à la délocalisation du traitement des demandes d’asile et transférer Abdul Aziz Muhamat ainsi que l’ensemble des réfugiés et personnes en quête d’asile vers l’Australie ou un pays tiers sûr.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma haute considération.

Destinataires

Premier ministre australien

Hon Scott Morrison MP

PO Box 6022

House of Representatives

Parliament House

Canberra ACT 2600

Australie

_ _

Copie à l'Ambassade d’Australie

4, rue Jean Rey 75015 Paris  

E-mail : info-paris@dfat.gov.au

 

 

Si vous recevez des réponses à vos lettres de la part des autorités du pays, renvoyez-les à bappuialaction@amnesty.fr.

Cette action fait partie des "appels mondiaux". Chaque mois, Amnesty International vous propose d'envoyer trois lettres, par courrier postal, aux autorités compétentes, pour faire valoir les droits de personnes victimes d'injustice aux quatre coins du globe. Ces "appels mondiaux" sont publiés également dans la rubrique "Interpeller" du mensuel La Chronique.

Notre action conjointe est-elle efficace ? Oui ! Découvrez des dizaines d'exemples de ce que nous pouvons accomplir ensemble dans notre rubrique "Nos victoires".

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation. Gérer les paramètres